lundi 15 avril 2013

Dans le verre où tu te noies, tu vois des milliers d'éclats



L'autre matin, dans le métro, alors que je m'apprêtais à commencer ma lecture, je me suis rendu compte que j'avais oublié mon livre à la maison.
Catastrophe.
Au début, je n'ai pas su quoi faire, habituée que j'étais à bouquiner tout le temps du trajet. Je me suis trouvée bête, à chercher un point où fixer mon regard, à tripoter mon téléphone comme au moins la moitié des gens dans les transports en commun. Ces 30 minutes de manque mais surtout cette angoisse m'ont confirmé que j'avais retrouvé, après tant d'années d'absence, mon vrai moi. Celui qui aimerait passer sa vie à lire, et en position horizontale si possible — et accessoirement, manger et dormir. D'ailleurs, lire, manger et dormir constituent peu ou prou mes seules activités en dehors du travail — et encore, dormir reste contingent.
Je ne parle pas des moments où j'ai fait ma groupie, une fois au Casino de Paris où se produisait un certain Benjamin Biolay — oui, encore ! mais cette fois, je suis sortie du concert en fulminant car Négatif et Brandt Rhapsodie étaient passés à la trappe —, une autre fois en déjeunant avec un génial écrivain-designer-sculpteur qui n'aurait pas à rougir face à Marcel Proust tant ses phrases sont à rallonge — d'aucuns (= mon poulet) trouveront son style indigeste, mais personnellement, je le trouve très drôle. J'espère que mon petit cadeau lui a plu, même si j'ai choisi son opposé syntaxique et stylistique — j'ai visiblement des progrès à faire en matière de choix de cadeaux.

Ces derniers temps, les escapades gourmandes avec les collègues geeks se sont poursuivies avec le même enthousiasme et le même plaisir. Ma réputation de ventre sur pattes est faite, et je pense que rien ne pourra la changer désormais.
Pour ne rien arranger, je suis devenue en quelques semaines addict de Terroirs d'Avenir, que j'avais découvert dans sa version mini grâce à Estérelle il y a deux ans, et qui m'a permis tout récemment de me régaler en pattes de loup, en betteraves chioggia, en faux-filet super tendre — à défaut de côte de bœuf, car elle s'appelle "liste d'attente" — ou en petites soles exquises. Un soir, j'ai improvisé une assiette de filet de veau arrosé d'une crème légèrement poivrée et accompagné de choux de Bruxelles, de carottes et d'endives braisés et légèrement cramés (d'inspiration Septime), et ce fut certainement mon repas le plus réussi du mois de mars.
L'autre réussite récente est sans conteste le gâteau à la pistache que j'ai préparé pour un anniversaire et qui s'inspire d'un fondant aux pistaches et au chocolat vu chez Clea. Seulement, je l'ai réalisé avec la recette du cake à la pistache de Rose Bakery adapté par mon amie Claire. D'ailleurs, il faut que je vous laisse, car je dois en refaire un là tout de suite.

Gâteau pistache et chocolat (inspiré de ce gâteau)


Pour le gâteau à la pistache :
175 g de beurre doux
75 g de pâte de pistache
200 g de sucre blond de canne
zeste d'1 citron
2 c.c. d'extrait de vanille
4 œufs
175 g de poudre d'amande
25 g de poudre de pistache (Claire préconisait 100 g, mais j'ai testé avec 25 g et à mon avis, ça suffit — si vous n'en avez pas, remplacez-la par la même quantité de poudre d'amande, ça marche très bien aussi)
1/2 sachet de levure chimique
50 g de farine
une pincée de sel

Pour la ganache au chocolat noir :
165 g de chocolat noir
100 g de crème liquide

Sortir le beurre pour qu'il ramollisse.

Préchauffer le four à 180 °C.
Battre le beurre et le sucre jusqu'à ce que la consistance devienne crémeuse, puis incorporer la pâte de pistache.
Ajouter le zeste de citron et l'extrait de vanille.
Ajouter les œufs un à un, en mélangeant bien.
Ajouter la poudre d'amande et la poudre de pistache, la farine, la levure et la pincée de sel.
Verser la préparation sur une plaque de four tapissée de papier cuisson.
Enfourner pendant 15 minutes.

Laisser refroidir puis découper en 4 rectangles identiques.
Faire fondre le chocolat avec la crème liquide, mélanger.
Poser un rectangle sur un plat et le tartiner de ganache au chocolat.
Couvrir d'un deuxième carré et recommencer (attention, les carrés sont très très fragiles, donc à manipuler avec une extrême attention).
Sur le dernier rectangle, verser la ganache restante et recouvrir le gâteau.
Laisser reposer quelques heures au frais avant de déguster.

************

Mais voilà, est-ce dû aux mélodies entêtantes de Mogwai, à ces revenants qui me hantent encore... La mélancolie, ma vieille amie, a refait surface. Et l'Islande me paraît encore si loin...

11 commentaires:

Riane a dit…

Récemment j'ai rencontré une jeune fille sur qui j'avais un a priori flagrant, confirmé à première vue car elle était habillé comme je l'imaginais. Mais elle tait tellement belle qu'en lui faisant la bise j'ai failli lui dire directement "que tu es belle". Mais en discutant avec elle, je me suis rendue compte que nos goûts étaient bien plus proches que je ne l'aurais cru, sa façon de se raconter un peu mélancolique et sa voix très douce. Elle n'aimait pas sortir. Elle a compris mon mode de vie sans me dire "mais tu devrais voir des gens, boire un verre"... Comme on le fait si souvent. Si elle savait combien je lui en suis reconnaissante...
Ce roman pour te dire combien les mots
"mon vrai moi. Celui qui aimerait passer sa vie à lire, et en position horizontale si possible — et accessoirement, manger et dormir. D'ailleurs, lire, manger et dormir constituent peu ou prou mes seules activités en dehors du travail — et encore, dormir reste contingent." m'ont fait du bien. parce qu'ils semblent dire en mots simples ce que je suis, et parce que cela fait du bien de voir que ce que l'on est n'est ni unique, ni "anormal" et est beau.
Merci.

Gracianne a dit…

Lire horizontalement, manger, dormir - je suis d'accord, a fond, avec tes objectifs flemmards.
On peut toujours rever, de flemme et d'oisivete. Pour plus tard, peut-etre...

Je crois que je vais vous faire confiance, a Claire et a toi, et me faire ce gateau pistache chocolat sans tarder, il me fait trop envie.

Sinon, j'aime assez cette chanson.

Sarah-Lou a dit…

Hum... et faire du vélo le vent dans les cheveux!
Toujours contente de lire mingou!

narumi a dit…

J'ai découvert Terroirs d'Avenir il y a pas longtemps, c'est vraiment chouette ! ton filet de veau me fait saliver :)

Camille a dit…

Comme je comprends la panique passagère ! (je me sens mal dès que je n'ai pas pris mes précautions littéraires, et même si je suis parfois contrainte par un voisin trop bruyant d'abandonner la lecture, du moins aimé-je à sentir le contact rassurant du livre sur le genoux, comme une promesse de voyage). (j'ajouterais aux nécessités vitales le vin et le cinéma/opéra, dans l'ordre)

J'ai pensé à toi en me ruinant chez Gerisse hier (j'ai retrouvé le saké super parfumé, très fermenté, que j'avais bu chez Izakaya, le vendeur m'a conseillé de le boire avec du Comté).

MM a dit…

Riane : Je ne pensais pas produire un tel effet avec ces quelques mots si simples...

Gracianne : Je ne sais pas si ça a quelque chose à voir avec la flemme, il s'agit d'aspirations profondes !
Ce n'est pas pour me vanter, mais une de mes collègues l'a déjà fait deux fois depuis qu'elle l'a goûté :-)

Sarah-Lou : Oui, c'est chouette aussi ! Ce sont mes trois fondamentaux, mais on peut y ajouter ce qu'on veut :-)

narumi : Héhé, j'ai l'impression que nous avons pas mal de goûts en commun :-)

Camille : Le livre est désormais le compagnon indispensable de toute sortie !
Tu m'enverrais la photo de ton saké ? J'aimerais savoir si je l'ai déjà goûté (sinon, il faudrait y remédier par une séance de dégustation — on pourrait s'en faire une chez Gerisse avec notre ami japonais, non ?)

Nilufer a dit…

On m'a conseillé le week-end dernier de lire Le Maître et Marguerite.
J'ai souri juste à l'instant en le voyant dans ta lecture du moment...
J'espère que tu vas bien !

Camille a dit…

je n'ai pas pris de photo de mon saké, mais il s'appelle Kenbishi Mizuho Kenbishi (c'est un saké très fermenté). (je t'accompagne quand tu veux chez Gerissé, bien sûr :) )

MM a dit…

Nilufer : Je n'avance pas très vite dans ma lecture (j'en suis au tiers seulement, je n'ai pas choisi la langue la plus facile...), mais c'est très intriguant. Je te le conseille aussi !
J'espère que tu vas bien aussi !

Camille : Alors, je l'ai googlé, et il se trouve qu'il y a une dizaine de jours, j'ai acheté une petite bouteille qui porte à peu près la même étiquette. Il faudrait que je vérifie s'il s'agit vraiment du même...

Camille a dit…

Pfff, sinon on va être obligée d'aller le goûter (encore!) chez Gerissé. La vie est trop dure.

Anonyme a dit…

Bonjour,

J’ai vu que vous avez beaucoup de recettes sur votre blog et je voudrais vous présenter www.touteslesrecettes.fr, un site web où les utilisateurs peuvent chercher entre plus de 200 000 recettes des meilleurs sites et blogs en français. Sur le site nous avons créé le Top blogs de recettes, où vous pouvez ajouter votre blog gratuitement.

Touteslesrecettes.fr existe déjà en Espagne, en Suède, au Danemark, en Norvège, et aux États-Unis, entre autres. Voulez-vous faire partie de notre famille ?

Cordialement,
Oriol
Touteslesrecettes.fr