dimanche 9 mars 2014

La routine du samedi et le farz aux pruneaux



Au retour de mon escapade finlandaise, j'ai retrouvé mon poulet, mes habitudes, mes routines.
Dès le lendemain, nous sommes allés récupérer notre commande de fruits, légumes et yaourts à la Ruche, puis nous avons filé droit chez Sanukiya, qui est sans doute notre cantine préférée parmi toutes. Les bukkaké tenpura udon, comme tous les autres plats d'ailleurs, sont d'une constance remarquable — ce qui me fait penser aux réflexions de Camille Oger dans son article sur la photo au restaurant. Ses remarques se vérifient sans problème chez Sanukiya, on se régale donc à chaque fois.
Dans cette routine du samedi, il y a la balade à pied jusqu'à Odéon, en passant par le Louvre et les quais de Seine, avec une pause obligée chez Grom pour un sorbet pomme verte, et de plus en plus souvent un rapide passage au Coutume Instituutti — comprendre : l'Institut Finlandais — pour ses excellents cafés. J'en profite parfois pour me renseigner sur les cours de finnois, avec toujours ce fol espoir de m'y inscrire un jour, qui sait ?
Le parcours se poursuit souvent au jardin du Luxembourg, où j'aime retrouver le coin des ginkgo, du rucher et du verger, surtout à l'automne, quand les arbres se parent de couleurs flamboyantes et que le plaqueminier est plein de kakis que les oiseaux viennent boulotter.

Des routines du samedi, il y en a d'autres, avec toujours les flâneries et longues marches digestives à travers la ville, et parfois une séance de cinéma. Le week-end dernier, c'était The Grand Budapest Hotel dans la grande salle du Louxor, une *MERVEILLEUSE* surprise pour les fans très modérés que nous sommes du cinéma de Wes Anderson — The Royal Tenenbaums m'a paru prodigieusement pesant et ennuyeux et de façon générale, l'esthétisme qui parcourt ses films est un peu creux, mais là, rien de tout ça. Pour une fois — bon, c'est vrai pour Fantastic Mr. Fox aussi —, l'intrigue n'est pas secondaire et on se laisse emporter avec plaisir dans les aventures de monsieur Gustave et de son lobby boy Zero Moustafa. Les décors de cette Europe centrale, qui me rappellent tant l'Autriche, les montagnes enneigées, la pâtisserie Mendl, le tramway, la façade rose bonbon de l'hôtel, l'aspect cartoon de certaines scènes — notamment la course poursuite en ski qui devient un condensé de jeux olympiques —, tout cela nous a drôlement plu, sans oublier la grâce d'un Ralph Fiennes dans ce qui est sans doute son meilleur rôle. En fait, j'ai très envie d'aller le revoir, très vite.


Cette fin de semaine aura été marquée par un débat assez amusant au bureau. À l'origine de ce débat : une livraison de snacks gracieusement offerts par notre employeur, en plus du panier de fruits hebdomadaire et des biscuits habituels. Dans les cartons : barres chocolatées au nom de félin, chips, biscuits apéritifs, et sodas à gogo. Un des geeks, choqué de voir tant de cochonneries industrielles, se fend d'un courriel pour protester contre la nature des snacks offerts. S'ensuit une chaîne de réactions, de vives discussions entre les amateurs de junk food et les autres — snobs et/ou juste soucieux d'une alimentation plus saine. On nous demande alors d'établir une liste de souhaits. Certains voudraient du thé Kusmi mais n'osent pas le demander, d'autres proposent des fruits séchés/secs et des crackers aux graines de courge et au fromage, une telle demande des chewing-gums, tandis qu'une autre précise que les jus de fruits devraient être "sans sucre ajouté, right ?", et puis il y a ceux qui veulent garder les chips, les sodas et les barres chocolatées.
Certains proposent que je m'occupe d'apporter des biscuits et gâteaux maison. C'est vrai ça, rien ne vaut les gâteaux maison, avec de vrais ingrédients et aussi de l'amûr dedans. En plus, pour ce farz, j'ai eu la chance d'avoir des pruneaux maison faits par Gracianne. C'était bien bon.

Le farz aux pruneaux selon Gracianne
(recette adaptée de celle de Patrick_CdM, merci à tous les deux !)


pour un plat en terre de 20 cm de diamètre environ

7 c.s. de farine (T45, ou 55 ça va aussi)
5 c.s. de sucre (cassonade) (initialement : 4)
3 œufs
1/4 l de lait entier
75 g de beurre demi-sel
1 c.c. d'extrait de vanille maison
1 bol de pruneaux dénoyautés

Dans un saladier, mélanger ensemble la farine et les œufs, pendant longtemps, très longtemps, à la cuillère en bois. Il faut tenir la cuillère creux vers le bas, de façon à faire rentrer le plus d’air possible dans la pâte et mélanger énergiquement jusqu’à obtenir une pâte lisse, sans grumeaux et bien jaune. Je pense qu'un bon quart d'heure fait l'affaire — même si Patrick le fait pendant une demi-heure —  et qu'on peut aussi se faire aider d'un appareil électrique.
Ensuite, ajouter le sucre et l’extrait de vanille et mélanger.
Ajouter le lait petit à petit et délayer, comme pour une pâte à crêpes. Laisser reposer pendant une demi-heure.
Préchauffer le four à 200 ºC.
Mettre le beurre dans un plat en terre et le faire fondre dans le four jusqu’à ce qu’il soit bien chaud.
Sortir le plat et l’incliner dans tous les sens pour bien répartir le beurre.
Y verser la pâte. Disposer les pruneaux dénoyautés et enfourner.
Au bout d’environ un quart d’heure, quand les côtés du farz commencent à gonfler, réduire la température à 180 ºC. Laisser encore cuire environ 30 minutes, jusqu’à ce qu’il soit bien doré.

8 commentaires:

Gracianne a dit…

Ta routine me parait tellement foisonnante de nouveautes, par rapport a la mienne. Non, non, je ne suis pas jalouse, ce n'est tout simplement pas la meme vie.

Et j'aime bien aussi quand tu publies des recettes (mes pruneaux etaient certainement tres contents de finir dans un de tes gateaux).

Tu sais quoi? a mon humble avis il y a de l'avenir dans l'offre et la fourniture de snacks adaptes aux entreprises.

Patrick Cadour a dit…

J'aime quand ma recette familiale voyage en d'aussi beaux endroits que chez Gracianne et toi.

Paris breakfasts a dit…

Oh I went to see Grand Hotel and fell promptly asleep :(
Perhaps it was the salle.
Peut-etre I was trop fatigue...
I will try to stay awake next time, since I love his films very much.
Do email me again MM
Cheers Carolg

The Daydreamer a dit…

Je repasse par ici et, comme d'habitude, je trouve une petite perle, celle de ton samedi, de ta routine qui n'en est pas moins riche. Et ton dessin, une compagnie toujours agréable ! Bon retour à toi,
The Daydreamer

The Daydreamer a dit…

Je repasse par ici et, comme d'habitude, je trouve une petite perle, celle de ton samedi, de ta routine qui n'en est pas moins riche. Et ton dessin, une compagnie toujours agréable ! Bon retour à toi,
The Daydreamer

Camille a dit…

Ton conseil pour le Coutume Insitutii était parfait - j'ai été saisie comme toi par la beauté du contraste entre le latte onctueux et la petite plante en habit de bouleau. (et je vais enfin pouvoir éviter les fastidieux détours dans le 7ème pour me fournir en grains).

Nous jouons très perso au bureau, j'ai un placard de réserves snobs, thés et tisanes farfelues, chocolat improbable, graines de la Pistacherie quand je peux. Mais je dois avouer qu'il m'arrive de fréquenter le distributeur de junk food pour une barre chocolatée de l'éléphant, lorsque l'après-midi traîne en longueur. Et un Coca, parfois, sans complexe (le café en gobelets plastiques est beaucoup trop mauvais).

MM a dit…

Gracianne : Tu as raison, ce n'est pas la même vie... Je n'ai pas d'enfants à nourrir tous les jours, pas le même rythme de vie...
Tes pruneaux étaient délicieux (pourtant, je n'ai jamais vraiment aimé ça), et absolument ravis de finir dans ce farz.

Patrick : Merci beaucoup à toi pour cette recette !

Carol : I hope you'll like it. In my opinion, this is his best movie.
See you at the swimming pool :-)

The Daydreamer : Mon poulet m'a dit qu'on percevait cette "routine" comme quelque chose d'ennuyeux, de lassant... Mais c'est le contraire que je veux dire. Je l'aime bien, cette routine.

Camille : Tant mieux ! J'adore cet endroit, mais malheureusement, c'est impossible pour moi d'y aller en semaine :-( Il y a une semaine, on a découvert le Coutume Lab, très particulier, mais le barista est super sympa.
Moi aussi, je la joue plutôt perso, et j'ai mes réserves snob dans mes tiroirs : thés (oolong, hojicha, verts), chocolats (Le Roux, Marou, Claudio Corallo), shortbreads F&M... Bien sûr, je pioche dans les fruits de la corbeille commune et me sers de la machine à café, mais pour le reste, je suis un peu difficile...

poupougnette a dit…

un délicieux retour en enfance!! ;)