mercredi 12 novembre 2014

October Lighght*




Voilà, j'ai été occupée. Débordée. Octobre fut un immense tourbillon, qui ne m'a pas laissé une minute de répit. Un ami américain est venu en visite à Paris, à qui il a fallu faire découvrir tout plein de choses. Pêle-mêle : les vrais croissants et éclairs au chocolat, les galettes et crêpes bretonnes au Breizh Café, les pizzas corses de Papacionu — une adresse conviviale que je continue à partager inlassablement avec collègues et amis —, la carte savoureuse de La Pointe du Gro(u)in, les frites belges au blanc de bœuf chez De Clercq, le vrai couscous de Chez Hamadi — merci encore à Sophie Brissaud pour le conseil, j'avais noté l'adresse depuis longtemps, c'était effectivement sublime, et je suis bien contente que cet ami ait pu constater par lui-même que le couscous est tout sauf "bland". Nous avons aussi passé une matinée à contempler les dessins du Studio Ghibli au musée Art Ludique, et puis un après-midi à déambuler dans les petites rues calmes de Montmartre, suivi d'une soirée au Point Éphémère pour écouter en vrai la musique de Kishi Bashi — un garçon adorable, soit dit en passant.
Au milieu de tout cela, il y eut un anniversaire parfait : une avalanche de cadeaux, parmi lesquels une authentique Dictée Magique, mon jouet préféré d'il y a trente ans — on sait maintenant d'où vient mon côté maître Capello qui agace pas mal de monde, mais bon, on ne se refait pas —, un repas aux petits oignons chez Septime, un film haletant au cinéma, et puis plein de messages et de vœux d'anniversaire qui ont ponctué cette journée très spéciale.
Dans ce tourbillon, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de cuisiner. Rien n'est sorti de mes fourneaux, sinon mon sempiternel granola et mes quelques gâteaux chouchous. La cuisine paternelle nous a bien nourris le reste du temps : mapo doufu, omelette à la ciboulette chinoise, shizitou (boulettes têtes de lion), poisson vapeur à la cantonaise, etc. Dans ces moments-là, je me félicite de m'être installée tout près de chez mes parents.
Je n'ai à offrir aujourd'hui qu'un petit dessin de Papacionu, griffonné vite fait, car il y eut un paquet d'autres dessins à faire aussi le mois dernier.
Ce n'est que maintenant que je prends le temps de souffler un peu. Ouf.

************

* "Lighght" est une référence à cet album de Kishi Bashi.

6 commentaires:

Gracianne a dit…

Oh, je reverais de savoir dessiner les pizze comme toi. A defaut, je les gouterais bien un de ces jours celles-ci.

Fanny B. a dit…

Papacionu, je retiens l'adresse... Et c'était quoi, le film haletant ?

MM a dit…

Gracianne : Entre manger et dessiner des pizze, aucune hésitation possible : je préfère les manger !

Fanny B. : Gone Girl :-)
(Le mois dernier, j'ai aussi adoré Magic in the Moonlight, un très bon cru, à mon avis.)

Ann ie a dit…

Trop chouette, toutes ces adresses! Merci! Continuez de partager vos tourbillons de vie si élégant! :)

Camille a dit…

Quel tourbillon ! Je note avec soin ton adresse de couscous et envie les pizzes corses.
tu as eu le temps de faire des bredele cette année ?

Little Cosse a dit…

Un grand merci pour ta recommandation. Une amie corse m'en avait parlé, mais j'hésitais, les Corses étant parfois chauvins. Ton article m'a convaincue d'essayer et je n'ai pas été déçue. Je n'arrête pas d'y retourner et même, de lui rendre hommage !
https://littlecosse.wordpress.com/2015/03/25/le-papacionu/