mercredi 26 octobre 2011

La Régalade et les gâteaux d'anniversaire


J'aurais voulu faire preuve d'originalité cette année, et vous raconter un repas d'anniversaire réussi ailleurs qu'à la Régalade... mais c'est raté.
J'avais choisi d'aller chez l'Ami Jean avec mon poulet, curieuse de goûter la cuisine d'un Stéphane Jégo dont je n'avais entendu que du bien. Je m'en réjouissais d'avance... non, je trépignais d'impatience. Mais nous avons tous deux été déçus.
Certes, la fleur des sables de saumon accompagnée de son morceau de bœuf fondant ainsi que le cochon de lomo et sa purée crémeuse étaient bons, mais j'ai trouvé que le chef avait la main lourde sur le sel : tout était trop salé. Le fameux riz au lait était accompagné d'un mélange divin de pistaches, noix et amandes caramélisées et, de plus, servi en quantité gargantuesque — on vous pose un bol immense sur la table, avec une cuillère en bois plantée en son milieu, et vous en prenez autant que vous voulez, sachant qu'il y en a assez pour quatre personnes au moins. Mais je vais chipoter à cause des "grumeaux" de riz, pas forcément très agréables en bouche...
Pourtant, ce n'est rien par rapport aux deux choses qui m'ont le plus gênée :
1) L'ambiance bouffe-entre-potes-tout-le-monde-connaît-tout-le-monde, le défilé incessant des proches/amis/adorateurs du chef pour le féliciter en cuisine, avec force embrassades, le bichonnage et le soin extrême apporté au dressage de leurs assiettes (une rondelle de machin par-ci, un morceau de truc par-là), quand vous constatez que dans la vôtre, d'assiette, il y a juste le strict minimum. Pas de rondelle de machin, ni de morceau de truc. De quoi vous donner l'impression d'être un client au rabais. Vous vous demandez un peu ce que vous faites là, du coup.
2) L'acharnement du chef sur l'un de ses commis, auquel nous avons été forcés d'assister durant la moitié du repas, car nous étions installés tout près de la cuisine. Il n'y a rien de tel pour vous gâcher un repas, fût-il exquis. Je sais à quel point l'atmosphère peut être tendue en cuisine parfois et qu'il est nécessaire de recadrer ceux qui font des erreurs, mais en l'occurrence, le choix d'une cuisine ouverte est-il pertinent ? Voir et entendre un employé se faire humilier de la sorte, ça jure un peu avec l'ambiance conviviale du lieu.
Par ailleurs, la note aussi est un peu salée — 42 € le menu du jour, je vous laisse imaginer les prix à la carte —, donc pour toutes ces raisons, je ne suis pas sûre d'avoir envie d'y retourner.
Dommage.

Heureusement, la veille, il y avait quand même eu un dîner à la Régalade, un dîner de double anniversaire avec Crevette — le mien et le nôtre, vingt ans d'amitié depuis notre rencontre au lycée. Et ce fut parfait, comme toujours. Générosité de la terrine, cuisson impeccable des poissons, justesse des assaisonnements, harmonie des saveurs, ambiance décontractée et service affable... Alors, c'est vrai que la carte ne se renouvelle pas beaucoup et que l'on tourne toujours un peu autour des mêmes plats, mais le plus important est de se régaler et de passer un bon moment, non ?


Mon entrée : fantastique ! Le thon rouge snacké sur son lit de caviar d'aubergine, la petite salade d'herbes aromatiques, le filet de sauce... J'en aurais voulu encore et encore. J'ai aussi goûté l'entrée de Crevette, le risotto à l'encre de seiche, avec ses petits morceaux de gambas et d'ail frit. Pas mal du tout.


Une magnifique pièce de cabillaud, tendre, nacrée. Des pommes de terre cuites au bouillon, fondantes. La présence de fromage est déconcertante au premier abord, mais l'ensemble fonctionne bien. C'est très bon.


Pour une fois, je n'ai pas pris le riz au lait, parce que l'Ami Jean le lendemain, mais je n'ai pas eu de regret : le crumble était tout à fait à la hauteur. Le côté un peu salé de la glace — était-ce vraiment un sorbet ? — contrebalançait bien le sucré du crumble.

Serez-vous surpris si je vous dis que la Régalade reste mon restaurant préféré de la terre, mon restaurant doudou, et que désormais, je ne souhaite plus fêter mon anniversaire ailleurs ?

************

Il y a quelques semaines, suite à la lecture de ce billet et à des discussions sur l'orthodoxie de la Sachertorte, j'ai eu une soudaine et irrépressible envie de retrouver le goût de la vraie Sachertorte de là-bas, avec son glaçage qui fait une sorte de croûte chocolatée très sucrée. En quelques clics, comme ça, pour voir, une commande fut passée chez Demel, et moins d'une semaine plus tard, la Sachertorte Gr. 3 arrivait dans ma boîte aux lettres. Vous ne trouvez pas ça dingue ?


J'avoue que je me suis fait plaisir, parce que je sais que je n'en mangerai pas en contexte avant longtemps... et qu'avoir un petit goût de Vienne chez soi, c'est mieux que rien.


On peut aussi la commander sur la boutique en ligne de l'Hotel Sacher — je l'ai déjà fait, et les deux versions se valent.

************

Et puis, j'ai enfin trouvé le courage de me lancer dans la confection d'un entremets que je voulais faire l'année dernière déjà : le Yu de Pierre Hermé selon Loukoum°°°, que j'avais eu la chance de goûter suite à cette escapade à Strasbourg. En revanche, je n'ai pas du tout le courage de recopier la recette, qui fait des kilomètres. Vous pouvez vous fier aux instructions de Loukoum°°° : elle sait ce qu'elle fait.


L'entremets, dont la préparation nécessita quasiment une journée, fut dégusté en famille, lors d'un triple anniversaire... J'étais très heureuse de voir mes cousins, ma plus-si-petite Nini, mon petit glouton de M., qui est accro au pain et aux bananes — plus tard, il faudra que je lui fasse goûter mon pain préféré et que je mette la main sur une bonne recette de banana bread pas trop riche ; d'ailleurs, cette recette me tente bien...
Et puis, déluge de cadeaux, livres à gogo...

C'était tellement chouette que j'ai même oublié, le temps de cet anniversaire, dans quel pétrin je me trouve en ce moment.

19 commentaires:

Gracianne a dit…

tu vas en avoir des choses a partager plus tard, avec les enfants de ta famille - surtout s'ils ont le gene de la gourmandise, comme toi :)

Et mince, j'avais oublie mon envie irresistible de sachertorte de l'autre jour. La metaphysique mene a tout.

Riane a dit…

J'ai la chance pour ma part d'être relativement imperméable à l'attraction de la sachertorte...

Pour mes 18 ans j'ai aussi voulu changer de rituel d'anniversaire. Je m'en suis mordu les doigts, le restaurant avait plongé en quelques années dans des abysses de banalités surfacturés. Je te comprends donc pleinement. Je me suis réconciliée avec ma majorité la semaine suivante avec mon resto préféré de la terre!

Le Yu me tente depuis des lustres mais l'emploi de la gélatine, non, vraiment, je peux pas. Mais le tien est vraiment magnifique.

Sovanna a dit…

Fichtre, ça me fait réaliser que ça fait plus d'un an que j'ai goûté au magnifique riz au lait de la Régalade...! Faut que j'y retourne !
C'est vrai qu'on est souvent tiraillés entre l'envie de tester de nouvelles choses et s'en tenir aux valeurs sûres pour ne pas être déçus...le dilemme du gourmand (gourmet ?).
J'ai justement acheté des bananes le we dernier en prévision d'un prochain banana bread...(faut compter une bonne semaine de mûrissement vu la couleur qu'elles ont quand on les achète ici !).

thekitchenaroundthecorner a dit…

tu preferes laquelle des 2 sachertorte? je connais celle de l'hotel Sacher, mais pas l'autre.

Chrystel a dit…

Ah! Je suis passée en vélo cet après midi devant la Régalade et je me suis demandée qui m'en avait parlé!!! Bon anniversaire du coup, j'espère que tes soucis vont se régler bien vite..
Bien à toi,

MM a dit…

Gracianne : Je crois qu'avec le petit M., c'est bien parti :-) Le tout premier gâteau que je lui ai fait — le gâteau à la compote de Makanai —, pour son premier anniversaire, il l'a tellement aimé qu'il rigolait à chaque bouchée. Trop drôle.
J'ai hâte de pouvoir lui faire d'autres gâteaux :-)

Riane : Je peux comprendre pour la Sachertorte. C'est quand même un gâteau très sucré, et pas très fort en chocolat.
Pour le Yu, tu peux essayer de remplacer la gélatine par de l'agar agar, non ? Moi, je ne le fais pas parce que j'ai toujours peur de mal doser...

Sovanna : Je crois que désormais, je m'abstiendrai de tester un nouveau restaurant pour ce genre d'occasion et m'en tiendrai aux valeurs sûres. La Régalade est parfaite, et on n'y va pas si souvent que ça, en fait.
Si tu as une recette de banana bread, je suis preneuse ! (je n'en ai jamais fait, parce que je n'aime pas trop les bananes cuites, ni les préparations à base de banane, mais étant donné la passion du petit M. pour ce fruit, je vais devoir creuser le sujet maintenant).

thekitchenaroundthecorner : C'est difficile à dire, parce que la dernière fois que j'ai mangé une Sachertorte de l'Hotel Sacher, c'était en 2002 ou 2003, donc le souvenir est très très ancien. Cela dit, en goûtant celle de Demel, je n'ai pas remarqué de différence notable, sinon que la couche de confiture se situe juste sous le glaçage alors que pour l'Hotel Sacher, c'est au milieu du gâteau. Il faudrait comparer en goûtant les deux en même temps.
Mais à choisir, j'ai peut-être une légère préférence pour la version de Demel, avec la confiture juste sous le glaçage.
En revanche, les rares fois où j'en ai mangé ailleurs à Vienne, c'était moins bon, donc je me limite à ces deux maisons.

Chrystel : Ah ben ça ne peut être que moi : je bassine tout le monde avec la Régalade :-) (je parle de celle du 14ème, la maison mère, car je ne connais pas la nouvelle adresse)
Merci, l'anniversaire fut très chouette, et il ne me reste plus qu'à retrouver du travail (mais les temps sont durs, quand même).

Julia* a dit…

Oh mais... Joyeux Anniversaire alors et bonnes lectures !
Je n'irai pas chez l'Ami Jean après ce que tu nous en dis... je courrai plus volontiers à la Régalade d'autant que j'ai fait la connaissance tout récemment d'une jeune fille qui travaille là-bas et dont le copain est en cuisine. Elle m'a donné très envie d'y manger, elle aussi !!

Pour tes envies de Banana Bread, je ne peux que te suggérer ma version suédoise qui peut être réalisée avec moitié moins de sucre : http://friant.blogspot.com/2009/08/recette-suedoise-banankaka-ou-le-gateau.html

Et pour le Sachertorte, cette histoire de livraison est absolument incroyable... j'imagine déjà cette merveille arriver chez moi au beau milieu des champ. ça donne envie d'essayer !

christelle is flabbergasting a dit…

Bon anniversaire !! C'est toujours délicieux de te lire : est-ce que je t'ai déjà dit que tu faisais partie des blogs que "j'ouvre comme un bon livre" ? Je laisse passer quelques billets et je reviens goulument tout lire d'un coup ! Oui, j'ai des habitudes bizarres...

Cléo a dit…

Joyeux anniversaire! Je dois aller très bientôt chez L'Ami Jean avec le papa d'E., peut-être ferons nous partie de ces V.I.P que tu décris, hihi. (ou peut-être pas)
J'aime beaucoup l'image du petit M qui rigole à chaque bouchée de ton gateau, trop chou.

Patrick Cadour a dit…

Ah oui, qu'un chef soigne ses habitués c'est bien normal, mais il le fait en leur offrant le champagne ou le café.

Je suis d'accord avec toi pour ne pas supporter de voir des assiettes différentes pour les happy fews, et je suis gêné quand ça m'arrive, c'est une vraie faute de tact d'un restaurateur.

Et puis bon anniversaire, je suis en train de me dire que je fête le mien quasiment jamais au restau.

L'oeuf qui chante a dit…

Ce que j'adore ici, c'est que les commentaires sont aussi agréables à lire que l'article. Je me reconnais quand tu parles du petit M., j'ai hâte de faire de bons gâteaux à mon neveu, et encore mieux, de cuisiner avec lui ! Oh, et le gâteau à la compote a l'air super, je vais le tester très vite !
Je n'ai jamais goûté de Sachertote, et même si c'est tentant d'en commander (et dingue !), je crois que je vais attendre de découvrir Vienne pour ça :)
Pour le banana bread, j'allais te conseiller celui de Julia, ou sinon, celui de David Lebovitz (http://www.davidlebovitz.com/2007/09/banana-bread-or-1/) qui est devenu un classique chez nous.
On fait découvrir La Régalade à mes parents dans 2 semaines (j'ai hâte !) et j'espère que le thon rouge snacké y sera, ton magnifique dessin me fait rêver...
Encore bon anniversaire, et plein de courage surtout.

MM a dit…

Julia* : Dans ce cas, il n'y a plus d'hésitation à avoir, surtout si c'est pratique pour toi :-)
Merci pour le banana bread ! Je n'avais pas vu, mais il faut dire que mon intérêt pour les recettes à base de banane est tout nouveau...
Pour la Sachertorte, je pense que le mieux est tout de même d'aller la goûter sur place :-)

Flabbergasting C. : Commentaire super réconfortant, merci !
Souvent, je doute de l'intérêt de continuer à blogger...

Cléo : J'espère que vous serez bien traités alors. Tu me raconteras ?
Le plus chou, c'est qu'il faisait des bruits de biquette en rigolant :-) Je m'en souviendrai toujours.

Patrick : Oui, je sais. C'est ce que mes parents ont toujours fait : offrir le café, le digestif, ou faire une ristourne sur l'addition. Mais avoir une assiette moins soignée que les autres nous a vraiment donné l'impression d'être des clients de seconde zone...

(J'adore fêter mon anniversaire au resto, je n'imagine pas m'en passer... Mais chez nous, les anniversaires sont souvent fêtés plusieurs fois...)

Blandine : Quel âge a ton neveu ?
Le gâteau à la compote est très bien pour les petits. Je divise les quantités par deux, ça me fait utiliser un pot de compote, et j'obtiens quatre "muffins". Je mets un peu moins d'huile aussi.
Mais je t'avoue que j'ai hâte de lui faire goûter autre chose.
Merci pour les recettes de banana bread ! Je n'avais pas vu celle de David Lebovitz, elle m'a l'air super.
Pour Vienne, tu as raison :-)
J'espère que tu as déjà réservé pour la Régalade. Il faut en général s'y prendre 10-15 jours avant...
À bientôt !

L'oeuf qui chante a dit…

Mon neveu a 14 mois, il commence à peine à manger (enfin, à sucer plutôt) des petits bouts de pain ou de gâteau, donc je vais attendre un peu avant de lui en préparer un entier !
J'ai réservé lundi à la Régalade. J'ai préféré assurer, surtout qu'après m'être faite à l'idée d'y retourner, je crois que j'aurais été déçue par tout autre restaurant...
Merci pour les conseils pour le gâteau à la compote :)

Chrystel a dit…

Hello, le resto La Régalade devant lequel je suis passée était rue Saint-Honoré dans le 1er. Cela fait des années que je n'ai pas mis les pieds dans le 14ème! C'est pourtant un très joli arrondissement avec de chouettes quartiers.. J'ai eu une prof de chant qui habitait rue de Gergovie, j'y allais toutes les semaines à une époque..
Bon courage pour tes recherches, tu vas trouver un super boulot ultra intéressant avec de supers collègues, j'en suis sûre ;-)

Matilda a dit…

Comme c'est bien écrit et dessine ! C'est la ou je regrette amerement de n'etre pas allee a la Regalade pendant mes 5 annees de vie a Paris...

MM a dit…

Blandine : À 14 mois, M. a déjà 12 dents, et ça fait un moment qu'il mange du pain... Un glouton, quoi ;-)
J'espère que vous passerez une bonne soirée à La Régalade. Tu me raconteras ?

Chrystel : Ah, le 14ème... J'ai habité tout près de la rue de Gergovie pendant mes années de thèse, je regrette beaucoup le quartier...
Merci pour les encouragements !

Matilda : Merci !
Pour la Régalade, il n'est jamais trop tard... Peut-être l'occasion se présentera-t-elle bientôt...
(Mais je regrette de ne pas y être allée plus souvent quand j'habitais dans le quartier...)

Narumi a dit…

Bon joyeux anniversaire en retard..la Régalade fait parti de mes restos préférés ! c'est amusant moi aussi j'habite près de la rue de Gergovie, je ne me lasse pas du 14ème...

Isabelle Spiri a dit…

ça c'est marrant ton histoire de Sachertorte!
J'ai moi aussi vécut une grande histoire d'amour ac la sachertorte récemment... :)
http://leboutdemalangue.blogspot.com/2011/11/la-sachertorte-la-patisserie-des.html

MM a dit…

Narumi : J'ai habité rue de l'abbé Carton pendant plusieurs années... J'adorais ce quartier, qui me manque terriblement à présent...

Isabelle Spiri : Tu as de la chance qu'on t'ait rapporté une vraie Sachertorte de Vienne :-)