vendredi 7 octobre 2011

Renée et le Goéland (et Henri à Paris)


G. m'avait dit que c'était la meilleure crêperie de l'île.
La première fois, nous y avons atterri un peu par hasard, au terme d'une longue marche sous le soleil entre Goulphar et Bangor. Le restaurant était fermé, mais nous n'avons pu nous empêcher de nous poser un moment à l'ombre de la terrasse, harassés par la fatigue et la chaleur inattendue de ce jour-là.
Le lendemain, nous y étions pour déjeuner, avant l'arrivée de la pluie et des bourrasques. Installés à une table sous le figuier. La seule entorse faite à ma psychorigidité fut d'adjoindre un peu de coulis de tomate — maison, m'a-t-on précisé — à mon immuable galette complète. Centre souple et moelleux, bords croustillants, pliage simple laissant voir tous les ingrédients, harmonie parfaite... J'aurais pu en prendre une deuxième tant il est rare d'en manger d'aussi réussies. Sachez que les crêpes et galettes sucrées sont à l'avenant.
Le dernier jour, parce que c'était le dernier jour, parce que paumés dans la lande de Borderune autour de midi, nous avions quasiment perdu tout espoir de choper le Taol Mor au carrefour de l'Apothicairerie, mais qu'un vieux couple nantais rencontré par hasard avait accepté de nous emmener à Bangor dans sa voiture de location et que, finalement, nous étions arrivés in extremis pour déjeuner chez Renée, de joie, je pris deux crêpes au chocolat pour le dessert, après la complète-tomate de rigueur.

************

Parmi les choses hautement salivantes dont G. m'avait parlé, il y avait des viandes de Belle-Île cuites dans la cheminée, des filets de sardines marinées, des poissons ultra frais... à déguster au Goéland, dans une "ambiance pub british" (sic). L'évocation de l'entrecôte grillée au feu de bois et des frites maison m'avait alléchée — vous connaissez, je crois, depuis le temps, mon goût immodéré pour la viande de bœuf grillée — et je ne fus pas déçue : l'entrecôte avait une saveur intense, incroyable, due au feu de bois. J'étais aux anges.
Si j'avais une critique à formuler, je dirais juste que j'aurais aimé avoir un peu moins de salade et un peu plus de frites — délicieuses elles aussi, même si les frites De Clercq, au blanc de bœuf, sont meilleures... mais je chipote.

Tout ce teasing et cette attente pour un steak frites, oui.

Un autre jour, je goûtai l'assiette de "charcuterie" de la mer, une entrée pour deux qui me fit office de plat principal : filets de sardines et lisettes crues marinées, tartare de saumon et de bar (si mes souvenirs sont bons), rillettes de maquereaux, le tout servi avec du pain grillé.
Comme un festival de poissons dans l'assiette.

(message personnel : G., c'était ça, le dessin "raté")

************

Il y eut aussi, en plus des pique-niques sauvages dans nos chambres d'hôtel successives, un vrai pique-nique en plein air, et quel air ! Le grand air de la Pointe du Skeul. Seuls, au milieu des rochers et de l'océan.
Après avoir posé nos bicyclettes, nous avons déballé très soigneusement nos vivres, en prenant garde qu'aucun papier ne s'envole : pain "vitalité", émietté de thon à l'escabèche, tomates cerises et pommes du marché, kouign amann (non mangé finalement). Et nous avons savouré ce repas en regardant les vagues, l'océan presque turquoise au loin, les rochers tachés de jaune par endroits.
Ce n'est pas tant le repas, relativement frugal, que le moment qui nous a enchantés et qui est imprimé dans notre mémoire.


************

Enfin, je ne résiste pas au bonheur de vous annoncer, si vous ne le savez pas encore, que Henri Le Roux — mon chocolatier préféré depuis qu'une amie, qui s'y connaît en bons chocolats, a eu la merveilleuse idée de glisser une mini-tablette de Colombie dans une enveloppe en kraft et de me l'envoyer par la Poste — que mon chocolatier préféré, donc, va ouvrir une boutique à Paris au mois de décembre. Lorsque la vendeuse de la boutique de Quiberon m'a fait part de cette nouvelle, j'en ai bondi de joie. Je suis repartie avec moults Colombie et CBS®, et un sourire jusqu'aux oreilles. Vous pouvez être sûrs que j'y serai le jour de l'ouverture — en plus, ça tombe bien, c'est tout près de Cosi et Grom.


Crêperie Chez Renée
21, rue Sarah Bernhardt
56360 Bangor - Belle-Île-en-Mer
02 97 31 52 87
Ouvert du 1er avril au 30 septembre & pendant les vacances scolaires

Le Goéland
3, quai Vauban, quai de l'Yser
56360 Le Palais - Belle-Île-en-Mer
02 97 31 81 26
Ouvert de mars à fin novembre & pendant les vacances de décembre

Henri Le Roux (Quiberon)
18, rue de Port-Maria
56170 Quiberon
02 97 50 06 83
Ouvert du mardi au samedi, de 10h à 12h15 et de 14h à 19h

Henri Le Roux (Paris)
1, rue de Bourbon le Château
75006 Paris
(ouverture le 1er décembre 2011)


P. S. : En fait, j'aurais pu ajouter à cette petite sélection les fabuleuses langoustines dégustées à la terrasse du Café Clara, mais bon, vous les avez déjà vues.

25 commentaires:

ore a dit…

Oh, le dessin de ta galette a réussi à me mettre en émoi! J'ai d'ailleurs proposé à mon Poilu de nous mettre à la recherche d'une bonne crêperie pour ce soir!
Le dessin est croustillant à souhait!

Gracianne a dit…

Cette fois-ci, c'est drole, je connais exactement la version "live" de tes dessins. Et c'est encore mieux tellement c'est a la fois proche et completement different de l'original. La galette est particulierement bien reussie.
Elle me donne le sourire.

Céline Laurent a dit…

les messages de ce blog m'apportent une eau fraîche à la bouche : tout en délicatesse. Et Belle-île, c'était pour moi un été très sympa ...Bravo à l'ourse qui a ce merveilleux coup de patte !

Gracianne a dit…

Olivier dit que c'est une "crêpe idéale", et Mathilde dit qu'on dirait une vraie, et que les frites de l’entrecôte sont "trop bien faites"...

MM a dit…

Ore : Moi aussi, ça m'a donné une furieuse envie de crêpes...

Gracianne : Mince alors, c'est vrai que tu as vu les photos correspondantes ! La boulette...
Tu sais, j'aurais préféré une galette avec moins de trous... Au début, je n'étais pas sûre d'avoir la patience de les dessiner...

Céline Laurent : Merci ! Ça me fait d'autant plus plaisir que le résultat du premier dessin (la charcuterie de la mer) m'avait quelque peu découragée et que je n'étais plus sûre de vouloir publier tout ça...
Toi aussi, tu es partie à Belle-Île cet été ?

Gracianne : Oui, pour moi aussi, c'est la crêpe idéale ! (je ne parle pas du dessin, mais de son objet)
J'aime bien les compliments de Mathilde :-) Tu la remercieras de ma part.
Bon week-end ! (mission minestrone réussie :-))

Riane a dit…

Je ne suis allée en Bretagne qu'une fois, j'étais toute petite.
C'était l'été mais j'en garde un souvenir très gris, un peu comme chez moi quand l'automne tire sa révérence et que pendant des jours le ciel ne se découvre pas.
Il faisait très venteux, mais aussi très marin, et ce n'était pas la mer dont j'avais l'habitude. Elle était grise et bleue (là ou la mienne est blanche et verte).

Je me souviens des nourritures de ces vacances de petite fille: pas exactement (à de rares exceptions) mais pour la Bretagne j'ai dans la bouche la sensation du plat brûlant, rond et réconfortant (couleur feu de bois)après la longue marche sur le sable et vent mêlé de sable.

C'est pour cela que ton paysage dessiné de plat en plat, de bouche en bouche, m'évoque vraiment ce pays!

Gracianne a dit…

Ce n'est pas ce que je voulais dire, en fait j'ai un souvenir visuel personnel de ces plats, à part le pique-nique bien sûr, et c'est étrange et fascinant de les voir ainsi "idéalisés" :)
Je me doute bien que c'est difficile, mais qu’est-ce que ça rend bien!

Patrick Cadour a dit…

Tout allait bien jusqu'à ce que je tombe sur l'expression "charcuterie de mer", mais bon, c'est pas grave, j'adore les commentaires de Gracianne toujours aussi à fond sur Sa belle île !

Patrick Cadour a dit…

Je suis naze, je ne dis même pas pourquoi je trouve cette expression peu appropriée, c'est à cause de l'étymologie. Le charcutier est celui "cuit la chair", alors que tout ce qui est dénommé comme cela pour les produits de la mer, ce sont des préparations crues ou tout juste marinées...

Par ailleurs, pour les jours maigres, on opposait la chair et la poisson, tu dois connaître l'expression "N'être ni chair ni poisson" ? Je sais, je chipote ;-))

MM a dit…

Riane : Merci pour ces jolis souvenirs d'enfance. J'aime bien ta description un peu floue mais très évocatrice.

Gracianne : Oui, c'est vrai que tu les connais par cœur, suis-je bête. Pas besoin de photos pour comparer :-)
Tu les trouves "idéalisés", vraiment ?
Une question : je ne sais plus très bien s'il s'agit d'un tartare de bar, tu confirmes...?

Patrick : Tu as raison de chipoter, je suis d'accord avec toi. Le terme "charcuterie" m'a un peu dérangée, mais j'ai voulu rester fidèle au nom choisi par le resto, et il semble que ce soit le terme consacré, aussi impropre soit-il... Écoute, je vais rajouter des guillemets, ce sera au moins ça.
Et puis j'adore les discussions linguistiques — en particulier tes apartés linguistiques sur CdM — donc toutes les remarques sont les bienvenues :-)

Patrick Cadour a dit…

C'est que j'ai toujours un peu peur de passer pour un vieil imprécateur quand je fais ce genre de réflexion, tout le monde n'a pas ta finesse !

Julia* a dit…

A quoi bon être sur Paris en ce moment si la boutique d'Henri Le Roux n'est pas encore ouverte !? Serai-je venue trop tôt ? Tu va me faire regretter d'avoir quitter la Bretagne avec tes si belles descriptions de crêpes et tes illustrations alléchantes...

Agnèslamexicaine a dit…

ces noms de lieux sont magiques et brumeux... mmm le dessin de la galette, l eau à la bouche! merci pour ce savoureux billet.

Artsakountala a dit…

Que de beaux dessins ! Waouh !

Dis-moi, qu'ont-ils, ces chocolats, de particulier pour qu'ils te mettent autant en joie ?

Bises !

gabriella a dit…

Tu ne pouvais pas avoir meilleur
guide que G pour partir à la découverte
de Belle-Ile. J'aime particulièrement
tes illustrations surtout celle du
pique-nique avec ses détails émouvants.
Bonne semaine.

MM a dit…

Patrick : Avec moi, aucun risque puisque je fais souvent la même chose et que je passe pour la ch...se de service :-)

Julia* : Je suis sûre que tu as pu te consoler de la Bretagne avec plein de bonnes choses ici :-) Et puis tu as la chance d'y vivre maintenant.
Si je n'avais pas eu une journée si chargée hier, je serais passée te voir.

Agnès : Pour moi, ces noms sont très exotiques :-)
Merci, je vois que ma galette a beaucoup de succès.

Artsakountala : Merci !
Je ne saurai pas dire, mais j'ai eu un vrai coup de foudre dès le premier carré de Colombie, qui a des arômes merveilleux. J'en ai goûté quelques autres, de tablettes de chocolat noir, et rien à faire, c'est le Colombie que préfère. Mais je pense qu'il y en a pour tous les goûts, chacun trouvera forcément le cru qui lui correspond.
Je ne dis pas que c'est le meilleur chocolatier de la terre, mais c'est celui qui a réussi à me toucher.

J'espère que tu te portes bien !
Bises.

Gabriella : Oui, je le sais. Je lui ai fait une confiance aveugle pour ça.
Je garde un souvenir un peu ému de ce pique-nique, qui reste un des plus chouettes moments de ces vacances.
Merci, et bonne semaine à toi aussi.

Gracianne a dit…

Je crois bien qu'il y avait du tartare de bar à la carte oui, mais je n'avais pris que les sardines, pour goûter, connaissant la taille de l'entrecôte qui arrivait par la suite :)

Nouk a dit…

Tatata il n'y a pas de dessin râté ! C'est justement l'assiette de la mer qui a le plus attiré mon œil ;)
Ca me donne envie de crêpes moi aussi...

pierre a dit…

je vais tomber en amour là !

MM a dit…

Gracianne : Moi aussi. Avec l'entrecôte, j'avais juste pris les sardines et lisettes marinées en entrée, partagées avec mon poulet.
Par contre, la fois suivante, j'ai accompagné mon assiette de "charcuterie de la mer" de frites. On ne se refait pas ;-)

Nouk : Ah, c'est une question de goût peut-être... Moi, c'est celui que j'aime le moins.

Pierre : C'est très embarrassant... mais merci de ton enthousiasme !

Rosa's Yummy Yums a dit…

Des illustration magnifiques! Je les adore toutes.

Bises,

Rosa

L'affreuse a dit…

Je connais un pays où la taille des portions de frites te laisserait pantoise...

Cuisine en bandouliere a dit…

Extrêmes ces nouveaux croquis ! J'espere que tu les encadre et que tu les accroche par thématique : au lieu de la "chambre jaune" ou du "salon bleu", cela donnerait la "chambre citron" ou "le salon de la mer".
Incroyable mais vrai : Henri Le Roux n’était toujours pas a Paris quand il avait déjà son magasin a Tokyo ! On le trouve dans le quartier de Roppongi, dans le centre de Tokyo Midtown. Si ca c'est pas de la mondialisation vertueuse...

christelle is flabbergasting a dit…

Tu me donnes envie de Bretagne. Les photos du billet précédent et les illustrations de ce billet, c'est indécent. Et bon anniversaire ! ;) (c'est monsieur FacebookBigBrother qui me l'a dit)

MM a dit…

Rosa : Merci !

L'affreuse : Je veux bien voir ça :-)

Cuisine en bandoulière : Merci ! Mais j'ai vu tes illustrations aussi, et je les trouve magnifiques ! J'aimerais arriver à ce résultat-là avec un pinceau...

Flabbergasting C. : Merci ! Je ne pensais pas avoir autant de messages via Facebook, mais c'est vrai que ça fait plaisir...
Bises !