mercredi 22 septembre 2010

La dureté des faits ne les empêche point d'être* (je fais des tartes genre rustiques)


Je ne pourrai jamais vous raconter TOUT ce qu'il s'est passé depuis Biarritz.

Les polaroids farfelus de Bernhard et Anna Blume (ce nom ne vous dit rien ?) ; les portraits de famille en noir et blanc de Vladimir Mishoukov, intitulés "Famille du député de la Douma de la Ville de Moscou", "Famille du milicien" ou "Famille du mécanicien des photocopieuses", fascinants ; une lune éblouissante que l'on promène dans des paysages nocturnes, images d'une poésie incroyable.

Le retour au travail après un mois et demi d'absence.
Pour mieux supporter les longues journées de travail, les déjeuners solitaires une à deux fois par semaine, à la terrasse du Musée de la vie romantique (en compagnie des petites souris), aux Pâtes vivantes ou à Rose Bakery sont autant de moments de respiration indispensables. Vitaux.

Une tablette de chocolat "intellectuel" arrivée par la Poste. Un des meilleurs chocolats qu'il m'ait été donné de goûter : l'addiction vient dès le premier carré.
Du panforte bianco et du pan pepato également, qui ont fait un détour par l'Alsace avant d'arriver dans ma boîte aux lettres.
Merci les filles !

Un samedi, nous sommes partis déjeuner au parc des Buttes-Chaumont (j'ai choisi un duo de pavés de bœuf : le Salers s'avéra bien meilleur que le Charolais ; les pommes grenaille qui les accompagnaient étaient, quant à elles, irréprochables). Après quoi une sieste sur l'herbe s'imposa.
Puis, la balade qui suivit me rappela des souvenirs, et la gaufre au nut-nut fut engloutie très vite tandis que nous marchions le long du lac.



Dans le quartier des Pyrénées et de Ménilmontant, de véritables trésors se sont découverts à nous,

(là, je me suis souvenue d'une certaine Table nomade...)


(Merci à Audrey d'avoir parlé de ce coin de paradis secret. Allez voir son blog, qui est une vraie mine pour tous ceux qui veulent découvrir Paris autrement)




il y eut un thé à la menthe à la terrasse d'un très sympathique café de Ménilmontant,


et la journée s'acheva avec une glace gianduia-fior di latte chez Pozzetto (Grom étant décidément trop loin ce jour-là). Pas de cliché pour cause de mains occupées.

Le samedi suivant, nous avons continué notre exploration du nord est parisien autour du canal Saint-Martin. Je sais maintenant où je pourrai prendre un verre avec Loukoum°°° avant de la raccompagner à son train...







Ces derniers temps, il a fallu dissiper quelques malentendus et... réapprendre l'amitié. Pas si simple, mais il n'y a pas d'autre choix si l'on ne veut pas continuer à perdre ses amis un à un.

Enfin, pour célébrer l'arrivée du petit M. dans la famille, il y eut les tartes du dimanche, avec enfin trois générations autour de la table. J'ai hâte de devenir sa tatie gâteaux !


************

Tarte aux prunes


Pour une tarte de 25 cm de diamètre environ

Pour la pâte à tarte :
250 g de farine T55 (ou 65)
150 g de beurre salé bien froid, coupé en lamelles
8-9 c.s. d'eau glacée

Pour la crème d'amandes (quantité pour 2 tartes) :
60 g de d'amandes en poudre
50 g de beurre mou
40 g de sucre blond de canne
1 œuf
1/2 c.c. d'arôme d'amande amère
1 c.c. de rhum blanc agricole
1 c.s. de crème fraîche (facultatif)

environ 400 g de prunes (= une quinzaine de prunes), coupées en quartiers


Préparer la pâte à tarte
Verser la farine dans un saladier et y ajouter le beurre coupé en lamelles.
Avec deux couteaux, mélanger la farine et le beurre jusqu'à l'obtention d'une poudre à l'aspect de semoule.
Ajouter l'eau par petites cuillerées, en continuant à mélanger au couteau. Arrêter quand la pâte commence à s'amasser en gros morceaux, au bout de 8-9 cuillerées.
Avec les deux mains, prendre la pâte et la serrer pour la compacter un peu.
L'envelopper dans du film étirable et la laisser reposer au frais au moins 1/2 heure.

Préparer la crème d'amande
Dans un grand bol, mélanger le beurre mou, le sucre et les amandes en poudre.
Incorporer l'œuf battu, l'arôme d'amande amère et le rhum, et mélanger.
(Pour finir, ajouter la crème fraîche.)

Montage et cuisson
Préchauffer le four à 190 °C.
Sortir la pâte du réfrigérateur, l'étaler sur un plan de travail fariné, sur 2 à 3 mm d'épaisseur. Découper un cercle de 25 cm de diamètre environ.
Poser le disque de pâte dans un moule à tarte.
Étaler la moitié (ou la totalité, c'est comme vous voulez) de la crème d'amande sur le disque de pâte en laissant plusieurs cm de marge sur les bords.
Disposer les quartiers de prunes sur la crème d'amande.
Rabattre les bords de pâte sur la tarte.
Enfourner la tarte environ 50 minutes à 190 °C.


******

Tarte poire chocolat


Pour la pâte à tarte, voir plus haut.

Pour la crème d'amande au chocolat :
40 g d'amandes en poudre
50 g de beurre
40 de sucre blond de canne
2 c.s. de cacao en poudre non sucré
1 œuf
1/2 c.c. de vanille en poudre ou 1 c.c. d'extrait de vanille liquide

3 poires (mûres, mais pas trop), coupées en lamelles


Préparer la pâte à tarte (voir plus haut)

Préparer la garniture
Dans un grand bol, mélanger le beurre mou, le sucre, le cacao et les amandes en poudre.
Incorporer l'œuf battu, la vanille, et mélanger.

Montage et cuisson
On procède de la même façon que pour la tarte aux prunes :
Préchauffer le four à 190 °C.
Sortir la pâte du réfrigérateur, l'étaler sur un plan de travail fariné, sur 2 à 3 mm d'épaisseur. Découper un cercle.
Poser le disque de pâte dans un moule à tarte.
Étaler la crème d'amande au chocolat sur le disque de pâte en laissant plusieurs cm de marge sur les bords.
Disposer harmonieusement les morceaux de poires dessus.
Rabattre les bords de pâte sur la tarte.
Enfourner la tarte environ 50 minutes à 190 °C.


J'ai définitivement adopté cette pâte à tarte simplissime, dont la préparation ne salit pas les mains, et qui donne un résultat fabuleux. C'est la meilleure de toutes celles que j'ai testées jusqu'à présent, et je compte l'utiliser autant pour le salé que pour le sucré.


************

Lors de mes promenades solitaires, je suis tombée un jour sur un endroit fantastique : Mes premiers pas, une boutique vendant des vêtements et accessoires pour enfants.


Les petites blouses et robes sont sublimes : coupes sobres, matières douces, couleurs pastels, imprimés fleuris (Liberty ?) délicats... Si ces vêtements existaient en version adulte, je me laisserais tenter sans hésitation.
La jeune femme qui tient cette boutique soutient et promeut des créatrices françaises encore méconnues, la démarche mérite d'être encouragée. Si vous avez des enfants et que vous les aimez bien habillés, je vous conseille d'y faire un tour ! Si vous n'en avez pas, vous pouvez aussi y faire un tour : vous y dénicherez de merveilleux cadeaux pour les petits de votre entourage. En ce qui me concerne, c'est le genre d'endroit qui me donne (presque) envie d'avoir des enfants, c'est vous dire.

Mes premiers pas (vêtements de créateurs pour enfants)
32, rue Saint-Paul
75004 Paris
M° Saint-Paul (ligne 1) ou Sully-Morland (ligne 7) (plus loin)
01 42 78 26 74
lun-mar : 10h-16h
mer-sam : 10h-19h




La prochaine fois, il faudra que je vous parle de ma nouvelle (grande) obsession : la cuisine coréenne. Ou bien de Buchteln. Ca ne va pas trop ensemble, alors il faudra que je fasse un choix.
Désolée pour ce billet très fourre-tout et décousu.

************

* Citation aperçue à l'expo Anna et Bernhard Blume.

29 commentaires:

Insane a dit…

Vous avez visité le musée de la photographie européenne si je ne m'abuse :)

J'ai tellement aimé les dernières expositions que j'ai voulu partager mon émerveillement avec deux de mes cousins. Ratage total. Comme quoi ... les goûts ... les couleurs ...

Bonne continuation
P.S : je vote pour un billet sur la cuisine coréenne. Mon "dada" en ce moment : BBQ coréen, kimbaps, choux pimenté fermenté (kishmi ??) ... hummmmm

Le coyote a dit…

je rêve d'un billet sur la cuisine coréenne, qui est devenue pour moi aussi une obsession inexpliquée depuis quelques temps...

Cécile a dit…

J'aime beaucoup cette citation. Je crois que je vais me l'approprier, elle est en plus de circonstances.
J'aime aussi les billets décousus, je crois que cela fait du bien aussi d'échapper aux plans, aux thèmes et à la logique. Reposant pour l'esprit comme une promenade.Donc pourquoi pas Buchteln ET la cuisine coréenne? Je suis sûre que personne n'aura eu l'idée d'une pareille association avant toi!
Enfin, il vaudrait mieux pour mon porte-monnaie que je ne tombe pas sur une boutique comme celle-ci, je crois que je ne saurais pas être raisonnable. J'adore ces bonnets/bérêts en laine tout doux, ma maman fait (quasiment) les mêmes pour mon Elisabeth. Cela lui donne une tête irrésistible.
Je t'embrasse, bon courage pour les journées laborieuses.

Gracianne a dit…

Korean Buchteln? perche no?

J'aime Paris vu comme ca, on se croirait presque a la campagne. Sais tu que les abeilles ne disparaissent pas dans Paris comme elles le font a la campagne, parce qu'il y a moins de pesticides? C'est ca qui donne ces beaux raisins.

Envie d'avoir des enfants pour les habiller classe. Hum, c'est un point de vue. Ils ne restent pas propres et mignons tres longtemps tu sais ;)

MM a dit…

Insane : Tu as visé juste ! Mais bon, c'était facile puisque tu as visité les expos :-)
En fait, j'ai été un peu déconcertée par les polaroids. C'était parfois drôle, mais bon, je n'ai pas tout aimé.
En revanche, j'ai adoré les portraits de famille : c'était génial de les regarder et d'essayer de deviner la profession du père. Et puis il y a tous les petits détails dans les tenues vestimentaires, le décor, les enfants, l'attitude de chacun... C'était vraiment une superbe idée.
La série "Lune privée" m'a enchantée aussi. C'était beau et tellement poétique...
Sinon, je n'ai pas trop aimé les photos d'enfants "déguisés" en adultes, ni la série avec les Chinois et les Noirs habillés en joueurs de golf ou en cuisiniers.

Le coyote : C'est amusant et rassurant de voir qu'on n'est pas seul dans ce cas. Et encore, obsession est un mot faible. C'est mon estomac qui lance des appels dans ce sens...

Cécile : Il y en a d'autres encore. Je crois que c'est ce que j'ai préféré de l'expo de polaroids.
Je suis infoutue pondre un billet cohérent. D'ailleurs, à ce propos, je pourrais sortir une autre citation de l'expo, mais je la garde pour une autre occasion :-)
Tu as de la chance d'avoir une maman qui sache faire ça (la mienne est très bien, mais voilà, le tricot, ce n'est pas trop son truc).
Je t'embrasse.

Gracianne : Tu viens d'inventer un nouveau concept :-)
En fait, il y a plein d'endroits secrets dans Paris, où on se croirait effectivement à la campagne... C'est le Paris que je préfère.
Les raisins de la villa de l'Ermitage étaient magnifiques... Je ne savais pas pour les abeilles...
Pour les enfants, c'était une boutade ;-) Mais quitte à en avoir, autant qu'ils soient présentables, non ?

Liliy Gnocchi a dit…

Moi j'aime bien les billets très foure-tout et décousus! :) J'ai toujours l'impression de passer quelques minutes en vacances quand je passe chez toi...

Camille a dit…

ça ne m'étonne pas, que le Salers soit meilleur que le Charolais, soit dit en passant.
J'ai envie de rentrer à Paris, et de voir des hortensias un peu ternes, des rues colorées et des tartes. (je n'ai pas osé lire les recettes, ça me fait encore un peu mal au coeur :)

Gracianne a dit…

Ben euh, presentable, c'est en option. Les miens passent leur temps a grimper aux arbres, faire du velo, du skate, du foot, la roue, la chandelle - alors les vetements de createur, ce sera pour plus tard tu vois :)

Natalia a dit…

Je partage la circonspection de Gracianne sur le chapitre des enfants !!!
Quant à l'amitié... tu as perdu des amis ?

MM a dit…

Liliy Gnocchi : Quel plaisir de te voir par ici !
J'espère que tout va bien, que vous êtes bien dans votre nouvelle maison.

Camille : Oui, je savais que le Salers était meilleur, mais là j'ai pu comparer.
J'espère que tu vas vite trouver tes marques, tes adresses chouchou... Ca m'embête un peu de parler de toutes ces bonnes choses alors que je sais que tu as du mal à te nourrir correctement là-bas...
J'espère qu'on se verra à Paris bientôt.

Gracianne : Le problème, c'est que les vêtements de créateurs pour adultes sont déjà moins abordables. Et puis, on peut garder ces vêtements pour les moments un peu plus "calmes", voire pour les grandes occasions.

Natalia : Bon, je ne suis certainement pas prête...
Au fil des ans, je perds des amis... qui ont été très proches autrefois. C'est la vie... Ou bien c'est parce que je ne suis pas très bonne en amitié, je ne sais pas...

Gracianne a dit…

Bon, un de ces jours on va te faire faire un stage avec Natalia, histoire que tu te fasses une idee...
Pour le reste, ce n'est pas toi, c'est la vie.

MM a dit…

Gracianne : Ca va aller. Avec tous les bébés qui poussent dans mon entourage en ce moment, j'ai de quoi faire (en même temps, ça fait une éternité que je n'ai pas vu mini Kriskou, donc ça me ferait très plaisir !).
Et puis, quand je vois ma petite Nini (qui a déjà 9 ans !), je me rends bien compte...

Natalia a dit…

Les moutards des autres, ça n'est qu'une vision très partielle de la réalité. Pour le pire comme pour le meilleur heureusement ;-)
Pour mini K. j'ai tellement aimé la robe que tu lui avais offerte que je l'ai rachetée en plus grand cette année (sur ventes privées, où on pouvait encore se procurer la coll. de l'été d'avant). Résultat, je n'ai pas pu lui mettre, à l'âge où elle a commencé à crapahuter et à monter les escaliers à 4 pattes, elle se prenait sans cesse les pieds dans la jolie robe (et je ne te parle pas de la couleur obtenue...). Les moments calmes, avec mini K., je ne sais pas trop quand c'est...

rose a dit…

ça donne envie de se promener au soleil parisien...
Et j'aime bien la photo du petit M., même avec son pyjama tout simple !

LaureVR a dit…

bon, il faut que je prévoie un week-end à Paris! Entre les nouilles de Loukoum, le Rose Bakery dont parle si souvent Patoumi et tes dernières photos, je pense que ça s'impose.

L.

MM a dit…

Natalia : Dommage pour la robe...

Rose : Ca ne se voit pas forcément sur les photos, mais il faisait beau lors de ces deux promenades. C'était chouette.

LaureVR : :->

Artsakountala a dit…

Il m'aura fallu du temps à comprendre la photo de Monsieur M. Est-ce un bout de son pied qui rejoint son bras (super élastique comme bébé)? Mais alors, il va étouffer, caché sous son drap (peut-être une envie de protéger son anonymat, à la façon de Mikael Jackson ... d'ailleurs ne s'appelle-t-il pas M.? Hum ... hum... je cogite). Et là, je viens de réaliser que ce sont ... ses pieds ! Tu peux croire que j'ai des notions quelque peu douteuses en anatomie.
J'aime ce genre de billets ou, au détour d'une recette, tu racontes tes découvertes (culinaires et autres). L'amitié a du bon mais la solitude est parfois aussi nécessaire, l'envie d'avoir une progéniture n'est pas en soi évidente. Je peux comprendre cela.
Amitiés, MM (Madame M.)

Artsakountala a dit…

C'est terrible ... je change mes phrases mais j'en délaisse la moitié : c'est donc "Il m'aura fallu du temps POUR comprendre ..." qu'il faut lire !

Bises :-)

Gracianne a dit…

Je passais juste dire que j'ai essaye ta pate a tarte avec les petites pommes qui degringolent des arbres en ce moment. Elle est bien.
C'est a peu de choses pres celle que j'utilise pour faire des pies a l'americaine, legere, qui feuillette un petit peu, pas frime. Du rustique mais du bon.

MM a dit…

Artsakountala : Je ne pensais pas que la photo du petit M. prêtait autant à confusion...
J'ai pas mal de découvertes et de choses très futiles à raconter en ce moment...
Je t'embrasse, en espérant que tout va bien.

Gracianne : Ravie ! C'est vraiment le genre de pâte à tarte que je préfère. Pour ne rien gâcher, elle se fait avec un minimum d'ingrédients.
Ta tarte devait être bonne...
Bises.

Vanessa a dit…

De belles photos - Monsieur M. est trop mignon. Merci pour la balade à Paris, c'est toujours agréable de découvrir de nouveaux quartiers, tu me donnes envie de voyager mais Paris attendra un peu, d'abord il y a Venise. J'ai hâte d'essayer ces tartes.

Le citron a dit…

Merci pour ce parcours dans Paris, une belle idée.
ET cette tarte aux poires...

MM a dit…

Vanessa : Monsieur M. est encore minuscule, mais mignon comme tout avec ses grands yeux.
Venise, c'est très chouette aussi.
Tiens-moi au courant quand tu viendras à Paris, on essaiera de trouver un moment pour se voir.

Le citron : De rien ! J'espère que ça donnera envie aux gens de découvrir les quartiers moins connus de Paris.

Artsakountala a dit…

PS : tu me (nous) diras ce que tu as pensé de Rosa candida ? J'ai remarqué, l'autre jour, sa belle couverture. Ce livre m'intrigue ...
Et le précédent (dont j'ai oublié le nom) ? L'histoire de cette femme peintre (Verdier ?) qui est allée apprendre la calligraphie en Chine ?

bergeou a dit…

Oh non une adresse de plus pour mon séjour parisien de décembre, ma princesse sera ravie si je rentre avec de jolis habits, elle adore les cadeaux et moi j'adore lui en faire...mon banquier un peu moins.

MM a dit…

Artsakountala : Je n'en suis qu'au tout début pour le moment, donc difficile d'en dire quoi que ce soit. Je t'en parlerai quand je serai un peu plus avancée.
Quant à Passagère du silence, ce n'est pas de la grande littérature, mais le témoignage est exceptionnel. Cette femme a eu un parcours hors du commun et fait un choix de vie que j'admire.
Je conseille ce livre à tous ceux qui s'intéressent un peu à la Chine et/ou à la peinture et à l'art en général.

Bergeou : Ces jolis habits ne sont pas donnés, certes, mais pense à ta princesse qui sera ravissante comme tout avec ;-)

7aitbon a dit…

J'ai faite la tarte aux prunes en mixant avec des mirabelles. Trop le régal.

MM a dit…

7extraalors ! :-)

Artsakountala a dit…

Merci MM !