dimanche 19 juin 2011

Sept fois à terre... (la bouche pleine de clafoutis)


Elsa est une fille un peu paumée. La nuit, elle nettoie des bus dans un dépôt glauque. Le jour, elle garde un môme au prénom improbable, récupère de vieux vêtements pour son fils dont elle n'a pas la garde, se balade dans la forêt et se vautre lamentablement aux entretiens d'embauche qu'elle réussit à décrocher (quand on lui demande jusqu'où elle est allée dans ses études de lettres, elle répond "jusqu'à la fin du 19ème siècle"). Son mantra est "Sept fois à terre, huit fois debout".
Son voisin Mathieu, qui pratique le tir à l'arc dans les bois, s'est également fait une grande spécialité d'échouer à ses entretiens : il s'y présente l'air hébété, le cheveu hirsute, et affirmant que sa plus grande qualité est... le doute.
Tous deux finissent par se faire expulser de leurs appartements respectifs et tentent de survivre cahin-caha.
Losers magnifiques et touchants.

Si je les observais avec une certaine distance compatissante il y a quelques semaines encore, je me sens un peu des leurs aujourd'hui. À la différence près que ma spécialité à moi n'est pas le foirage d'entretien d'embauche, mais le siège éjectable. Avec l'éjection. Il faut croire que comme eux, j'ai la lose chevillée au corps.
Je me plaignais du manque de temps libre , je vais en avoir à foison désormais.*
Espérons juste que la saison des cerises ne s'arrête pas trop vite, je n'ai pas encore eu ma dose de clafoutis.

Vous ne m'en voudrez pas, j'espère, de mettre ici une recette déjà publiée. Mais vous pourrez constater que la recette portait bien son nom, je n'ai effectivement pas changé (sauf la quantité de cerises, et le choix du moule : au lieu d'un moule à manqué, je préfère désormais prendre un grand moule à tarte — le ratio appareil-cerises y est parfait).

Mon clafoutis aux cerises hétérodoxe


700 g de cerises (fraîches ou surgelées — il en faut suffisamment pour recouvrir un moule à tarte de 30 cm de diamètre)
250 g de ricotta
3 œufs
80 g de farine
60 g de poudre d'amandes
190 g de sucre blond de canne
2 c.s. de kirsch
quelques gouttes de jus de citron

Dénoyauter les cerises (ou non — personnellement, je trouve que le clafoutis est beaucoup plus agréable à manger sans les noyaux).
Préchauffer le four à 190 °C.
Recouvrir un grand moule à tarte de papier cuisson.
Séparer les blancs et les jaunes.
Mélanger vivement les jaunes avec le sucre.
Ajouter le kirsch, la ricotta, la poudre d'amandes et la farine, en mélangeant bien entre chaque ingrédient.
Monter les blancs en neige ferme avec le jus de citron, et une pincée de sel.
Incorporer délicatement les blancs à l'appareil.
Verser dans le moule et recouvrir avec les cerises.
Enfourner environ 45 minutes (à adapter selon votre four).


**********

* En vérité, je suis plutôt soulagée de quitter ce bureau sinistre et ce quartier atroce, cette cantine infâme et ces chefs sans âme. H. et M. me manqueront, c'est sûr, mais on pourra être de vraies amies maintenant.

À venir : le dernier volet du triptyque breton.

46 commentaires:

Le coyote a dit…

- c'est vrai que c'est une bonne recette. hors saison, je préfère le clafoutis aux cerises en bocal plutôt que surgelées.
- bon courage, ça ne doit pas êrte très marrant. cela dit, je ne vois pas ce que travailler TOUT le temps vient faire dans lose et réussite. (ni "avoir un métier", "être propriétaire", "savoir piloter une automobile", etc.)

Sophie a dit…

Bonjour
J'aime beaucoup ce que vous faîtes sur votre blog. Je m'y retrouve un peu beaucoup. J'ai déjà laissé un commentaire sur le même thème sur votre blog précédent étant moi même dans l'après thèse. Le plus dur c'est de se dire que non ça ne sert pas à rien une thèse. Oui OK je peux pas trouver de boulot en France ! Je n'ai pas eu le courage d'abandonner, je me suis relancée à 30 ans dans les études, une autre filière avec une autre thèse que je commencerai dans 6 ans... J'aurai fini à ... je ne compte plus. Je sais par contre tout ce que ça m'a apporté. L'exigence envers soi-même et les autres ! Et surtout la curiosité et l'envie d'apprendre ! C'est loin d'être facile tous les jours, mais je ne regrette en rien ce bonheur d'apprendre. BTW, votre clafoutis est magnifique, ainsi que les photos comme toujours ! bon courage

Riane a dit…

Chez nous, ce n'est pas le clafoutis qui revient régulièrement mais le bettelmann (mendiant alsacien) aux cerises de ma grand-mère... Le problème étant que tous l'aime avec les noyaux, sauf moi... Je suis donc la seule à apprécier les cerises un peu trop visitées, qui obligent un dénoyautage complet!

Désolée pourton travail..mais tu as l'air plus affecté par le fait de ne plus en avoir que de perdre celui-ci en particulier... Tout ce que je te souhaite est donc d'en trouver un qui te conviendra mieux! Même si j'ai l'impression que dans le milieu du travail, les individus révèlent plus visiblement leurs côtés ignobles, étroits et obtus.

julie a dit…

Désolée pour les mauvaises nouvelles, même si ce job ne semblait pas idéal.

Ton clafoutis, par contre, doit être sympa. Qand j'aurai rassemblé la ricotta et les cerises, je le ferai :-)

Julia* a dit…

On peut aussi se dire que c'est tomber cette (sept) fois, pour mieux se relever ens(huit)... en attendant, tu fais bien de te gaver de clafoutis ;-) J'en ferai autant si les oiseaux s'étaient montrés moins voraces !

barbara a dit…

Ils ne savent sûrement pas ce qu'ils perdent... Mais je suis sûre que toi tu sais ce que tu gagnes ! Bon courage pour cette passe pas facile, profites en pour faire toutes les choses que tu n'as pas eu le temps de faire ces derniers temps. Recharges les batteries et repars à l'attaque du monde du travail !

Natalia a dit…

Après tout, tu n'y étais pas heureuse... point de regrets, regarde devant toi !

Ici, les cerises, c'est fini (tout au moins celles du jardin). Cette année, j'ai raté deux clafoutis sur quatre. Le premier était parfait. Le second, pas tout à fait assez cuit. J'ai voulu faire ta recette cette semaine mais je l'ai loupée : c'était compact, peut-être trop cuit, je ne sais pas... J'en ai refait un "traditionnel" dans la foulée, mais les dernières cerises cueillies dans le jardin avaient un arrière-goût un peu amer. J'ai la losae de la cerise, cette année.

Sovanna a dit…

Ah zut pas cool pour le boulot :-(

Moi aussi je suis en cure de clafoutis. Celui aux cerises restera toujours le meilleur (avec noyaux pour moi). Mais chaque année j'ai le même problème, je me rappelle plus quelle recette j'ai fait et les résultats sont toujours différents...En voilà une nouvelle qui a l'air miamesque !

Chrystel a dit…

Je suis certaine que tu vas trouver un travail dans un quartier plus sympa (viens vers le Canal Saint-Martin, tu pourras te goinfrer de pain des amis ;-)), dans un chouette bureau, avec de chouettes collègues qui eux te mériteront.. Si si tu vas voir... En attendant, bon courage, cela ne fait jamais plaisir j'imagine de se sentir sur un siège éjectable, mais nous on est là, hein? Allez je reprends une part de clafoutis...

MM a dit…

Le coyote : La lose, ça peut être l'addition de tout ça... ou le fait de ne pas encore avoir de situation stable à bientôt 35 ans... alors que tout le monde autour de moi travaille déjà depuis des années...

Sophie : Je vous trouve très courageuse. J'espère que vous y arriverez, et que vous aurez toujours du plaisir dans ce que vous faites.
Je devrais en prendre de la graine...
En tout cas, merci d'avoir pris le temps de m'écrire tout ça.

Riane : Je serais curieuse d'en savoir plus sur le mendiant (n'en avais-tu pas parlé chez loukoum°°° ?).
C'est vrai, je suis surtout affectée par le fait de me retrouver sans travail, mais le pire, ce sont les 3/4 d'heure d'humiliation que j'ai subis lors de l'entretien fatal. Ca n'aide pas à retrouver confiance en soi...
Par ailleurs, je ne suis pas la seule à avoir une mauvaise expérience avec ces gens, donc rien de surprenant...

Julia* : Trop fort :-)
Dommage pour les cerises, mais je suis sûre que tu profites de tous les autres trésors de ton jardin...

Barbara : Justement, je vais profiter de cette pause estivale pour faire tout ce que je n'avais plus trop le temps de faire ces derniers mois...

Natalia : Mes derniers clafoutis étaient aussi un peu compacts, je ne sais pas pourquoi... mais ça ne me pose pas de problème, ils étaient super bons quand même (de toute façon, un clafoutis "classique" est toujours compact, non ?)
J'espère que tu plaisantes ! Comment peux-tu dire que tu as la lose de la cerise alors que tu as réussi les confitures !

Sovanna : Si tu le testes, j'espère qu'il te plaira...
J'ai pris la liberté de mettre ton blog dans ma blogroll, tu ne m'en veux pas ? :-)

Chrystel : D'ici là, j'ai bien l'intention de profiter du pain des amis, des tartelettes aux pommes trop bonnes, des chaussons à la pomme fraîche, des escargots... et aussi des fruits et légumes du vendredi.
Merci pour le réconfort !

Emily Vanessa a dit…

Après avoir lu ton billet, je suis allée au supermarché pour m'acheter des cerises car ton clafoutis est vraiment une de mes recettes préférées. Je trouve que le dernier est super joli.

Le travail, c'est difficile mais je trouve que tu as bien fait de ne plus continuer là si l'endroit te déprime et les collègues étaient peu sympas. Courage, je suis sûre que tu trouveras le bon chemin.

Gracianne a dit…

Moi aussi j'ai la lose des clafoutis cette annee, comme Natalia, j'en ai rate deux parce que j'ai voulu essayer une recette de Robuchon au lieu de reprendre la tienne qui etait parfaite (mais qui me donne plus un gateau, plus compact que la version que tu m'avais fait gouter).
La lose, ca n'existe pas. La vie, il faut la prendre a bras le corps.

Ali Gâteau a dit…

Bon en tout cas c'est pas la loose en dessin, ta coupelle de cerises est... sublime, c'est beau et sombre à la fois, un peu comme toi ?
Bon courage pour l'épreuve.

bergeou a dit…

Au moins tu as de grandes chances de tomber mieux pour les collègues et le quartier c'est déjà ça. Pour le reste allez quelqu'un qui dessine, écrit, photographie et cuisine aussi bien ne peut qu'être bourrée de qualités, bon courage et ne perds pas confiance.

Cléo a dit…

Tu vas peu à peu oublier cet entretien et la vision de ces deux sales boss va disparaître de ton esprit.
J'ai des pensées pour toi.

avis a dit…

chère mingou, ne sois pas triste : non tu n'as pas la loose. Tu est comme pleins de gens dans cette société malheureusement. Mais ne t’inquiète pas, tu trouvera l'endroit ou tu sera bien , ou le travail sera un plus de la vie, avec des gens que tu appréciera et qui seront reconnaitre la personne sensible et intelligente que tu es.
Tu ne te sentais pas bien dans ce lieu froid, avec ses gens lobotomisés ( sauf tes deux futures amies ).
La recette de ton clafouti, je vais l'essayer :) je suis comme toi je préfère sans noyaux!
grosses bises
manuela

Riane a dit…

Non, j'avais parlé du Hurzelsknopf... Sorte de magnifique brioche vapeur cuite en cocotte... Un plat d'hiver parfait!
Je tenterais de prendre des photos du prochain mendiant car je n'en fais pas. Toute ce que ma grand-mère fait, je n'y touche pas. Car pour moi la seule vraie saveur de ces plats est la sienne. Le mienne ne serait qu'un fac-simile. Je la développerais lorsqu'elle ne cuisinera plus!

Je te comprends sur le plan "humiliation". Je peux supporter tous les jobs (exemple: trier des lettres pendant un mois) mais cela devient vraiment dur à vivre lorsque l'on est déprécié. On perd confiance en soi. Mais comme d'autres personne semblent affecter comme toi, aucune raison de le prendre personnellement! Alorssourit, cuisine et projete!

Sovanna a dit…

M'enfin, bien sûr que non, je suis honorée d'être dans ta blogroll!
A propos de bettelmann, j'ai la recette de ma grand-mère à refaire, mais j'avoue que même pour une alsacienne qui aime les desserts "denses", c'est un peu too much (tu imagines la texture d'un far breton X3, avec de la chapelure dessus). Je préfère nettement le clafoutis.

MM a dit…

Emily : Je voulais faire un clafoutis ce soir, mais je n'ai pas eu le temps d'acheter des cerises... Bouh...
En fait, je n'ai pas trop choisi : je me suis fait remercier à 15 jours de la fin de ma période d'essai...

Gracianne : Et si la lose, c'était justement de ne pas savoir prendre la vie à bras le corps...?

Ali Gâteau : Le début de ton commentaire m'a fait rire :-)
Rien que pour ça, merci !

Bergeou : Pour l'ambiance de travail, les chefs, le quartier, la cantine, ce ne sera pas difficile de trouver mieux. Reste à trouver...

Cléo : J'espère que tu as raison et que je vais les oublier très vite...
Merci.

Avis : Je crois que je ne suis pas bien dégourdie, pour en être là aujourd'hui...
C'est vrai qu'au moment où j'ai appris que j'allais travailler là, je n'avais qu'une envie : pleurer. Donc, je devrais me réjouir que tout cela se termine...
Bon clafoutis !

Riane : Hurzelsknopf, j'adore ce nom ! (mais c'est quoi hurzel ?)
Il faut que tu commences à cuisiner les plats de ta grand-mère tant qu'elle est là, non ? (parce qu'après, ce sera trop tard...)
Et un jour, ce seront tes petits-enfants qui diront que tes plats sont inégalables... ;-)
Je t'avoue que je n'ai pas encore le cuir assez épais pour ne pas être affectée par tout ça... Enfin, haut les coeurs, comme on dit.

Sovanna : C'est assez mystérieux pour moi... Du coup, j'aimerais bien que tu nous montres ça sur ton blog :-)

Gracianne a dit…

Ce que j'en dis - et ca vaut pour moi aussi - c'est que la roue tourne, toujours, a un moment. Ton karma, prends le en main, c'est toi qui as les cartes.

Anonyme a dit…

Une petite anecdote pour te consoler de ton humiliation. J'ai fait un essai dans un resto et après le premier service le chef m'a cassé pendant une heure (montre en main). Il me reprochait de ne pas connaître la carte (le 1er jour !) et d'être lente, trop lente, vraiment pas rapide, pas du tout rapide, pas assez rapide pour un cuistot… Bref, fin de l'essai avec ce chef et le patron, il est vrai tous les deux hyper speed.
15 jours plus tard le resto fermait pour cause de… trafic de coke !
Bon clafoutis ! Moi aussi je suis fan, et ça fait un moment que je veux essayer ta recette.

Mag à l'eau

Nilufer a dit…

C'est drôle.
Pour moi,
ceux qui travaillent tout le temps, tous les jours,
c'est la lose.
J'ai choisi de ne pas loser ;)

Demain, je fais ton clafouti.
Reste plus qu'à trouver l'épingle à cheveux !

Bonne journée

Sovanna a dit…

Entendu...! bientôt un bettelman (estomacs, accrochez vous) ^^

MM a dit…

Gracianne : Oui mémé ;-) (private joke)

Mag à l'eau : Quelle histoire :-) J'imagine que ça n'a pas dû être drôle sur le coup, mais le dénouement est quand même comique.

Nilufer : C'est un point de vue qui n'est pas suffisamment partagé, malheureusement (au fond, je pense comme toi, mais comme je suis très matérialiste, j'ai besoin d'argent pour assouvir mes plaisirs).
J'espère que le clafoutis n'a pas déçu.

Sovanna : Yeessss !

Le Citron a dit…

Et dire que j'airais sur le web en quête d'un peu de soleil, de baume au cœur...

Je suis triste pour toi, j'espère (ma grande spécialité) que les choses pourront s'arranger... Mais j'ai bien peur que la poise à du mal à quitter ceux qu'elle s'est choisie pour sujets... Pour ma pat après 200 km pour un job soit disant mieux que celui que j'occupais je me retrouve dans une situation encore moins intéressante que la première... Mais je pense qu'il faut continuer à positiver.. un peu...

Ton clafoutis me tente beaucoup.. mes ici pas de cerises sur les étales et toujours pas de cuisine... C'est surtout ça la loose...

Soho a dit…

Chère MM,
j'ai découvert ton blog il y a quelques jours (je suis coincée à la maison pour cause de couvade...) et je prends un grand plaisir à te lire.

Ne t'en fais pas pour ton job : il est classique de se faire remercier à quelques jours de la fin de sa période d'essai. Cela évite à tes patrons bien des frais et leur permet de profiter de jeunes et brillantes travailleuses !! Pour le "fatal" entretien... et bien, il fallait bien que ton boss justifie sa conduite...

Tout ceci n'a probablement strictement rien à voir avec tes aptitudes professionnelles ou humaines, car sinon ils ne t'auraient jamais garder plus de 15jours.

Garde confiance en toi, peu de personnes réussissent à finir leur thèse

Lucie a dit…

En lisant ta recette, j'imagine le goût de la ricotta avec l'amande, et bien sûr les cerises par dessus, et j'ai l'eau à la bouche...
J'avais vraiment envie de voir *8 fois debout*, hélas l'an passé il est sorti en salles juste avant un voyage à l'étranger (on a des vies pas faciles ! hum hum) et à mon retour il ne se jouait plus. Je me console avec la BO que j'aime beaucoup, ça donne de l'entrain surtout "A True Story".
Et pas cool pour ton boulot :'( Mille pensées

MM a dit…

Le Citron : Oui, il faut positiver. Comme le dit si bien Gracianne, la roue tourne... J'espère que ta situation s'arrangera bientôt. Courage !

Soho : Bon, l'entretien n'est pas encore tout à fait digéré, mais presque... Je serai surtout contente de ne plus les voir et de ne plus aller dans ce bureau sinistre ! Quel soulagement.

Lucie : Je me suis sentie très proche de ces deux personnages, qui ne trouvent pas leur place dans cette société...
L'avantage de cette situation, c'est que (pour une histoire de délai non respecté) je vais être payée deux semaines supplémentaires à ne rien faire, et que je vais pouvoir profiter pleinement de l'été qui arrive à grands pas. Et j'ai des tas de choses à faire !

Cuisine Framboise a dit…

Loin de moi l'idée de transformer ton billet en tribune politique mais il faut bien admettre que certaines entreprises surfent sur le travail précaire pour bénéficier de subventions et autres abattements. Rien à voir avec ta compétence. Et toute honte bue ils le font de la manière la plus ignoble.
Le bien parle en chuchotant, le mal vocifère
Voici venu le temps des cerises... Ritournelle d'espoir.

MM a dit…

Cuisine Framboise : Tu ne crois pas si bien dire. Quasiment 1/3 de l'effectif est constitué de stagiaires + 1 CDD...
Au bout du compte, je ne suis pas mécontente de partir (même si je suis triste à l'idée de ne plus voir H. et M. tous les jours).

Camille a dit…

Je pensais t'avoir laissé un petit mot ici.
Je rediscuterais bien du marché du travail devant un thé chez Rose B.. Si ça peut te rassurer (?), mes amis diplômés de grandes écoles d'ingénieurs peinent à trouver des jobs correspondant à leurs compétences (non, parce que si t'es pas X+HEC parlant anglais & néerlandais, tu vaux pas grand chose). Même à ce niveau d'ultra-privilégiés, on n'embauche plus trop. (bon, en même temps, les exigences salariales & l'orientation des jobs recherchés à la sortie des écoles d'ingé me plonge dans la perplexité, mais c'est un autre débat)
Pas eu trop le temps de me plonger dans la littérature économique sur le sujet.
(ah, si, quand même, on parle d'un partage de la valeur ajoutée plus en faveur du capital, ces temps-ci, comme c'est surprenant...).

Ah, et ton clafoutis est un classique ici. Mais tu le savais déjà :)

Camille a dit…

plongENT.

Laurent [aka Kitchen Chick] a dit…

J'en reprendrais bien 9 fois...

Sovanna a dit…

Ahhh miam ça y est je viens de tester ta recette (j'ai remplacé la ricotta par de la faisselle pour m'adapter au contenu de mon frigo). La poudre d'amandes change tout ! (c'est un peu ta botte secrète, non ? Il me semble qu'il y en a aussi dans ton fameux ultimate chocolate cake - c'est mon gateau au choc préféré). Pas encore mis le bettelman en pratique pour l'instant, il faut du pain ou de la brioche rassis, et c'est une denrée rare à la maison, parce qu'ils sont généralement dévorés bien avant d'être rassis...

MM a dit…

Camille : On en rediscutera devant un thé chez Rose B., mais ce que tu dis ne me rassure pas vraiment... (par ailleurs, les exigences salariales des informaticiens me plongent aussi dans la perplexité)

Laurent : Dommage, il n'y en a plus...

Sovanna : Oui, j'avoue, j'aime bien les amandes en poudre, et il y en a effectivement dans mon ultimate chocolate cake (tu es redoutable ;-)).
Don't worry, je serai patiente pour le bettelman.

Lizon a dit…

Miam! J'ai plein de cerises au congel... ;)
Très belle photo comme d'hab ;)

Lylou a dit…

Il faut avoir espoir en l'avenir. Je me dis souvent lorsque ça ne va pas que demain est un autre jour. De toute façon le monde du travail est un monde de dégueulasse. Des humiliations tu en as eu hier et tu en auras encore demain. L'essentiel est que tu sois en bonne santé et que tu aies les gens qui te sont chers autour de toi. Le gros dégueulasse qui t'a oublié n'est rien pour toi. Tu n'es pas dans un fauteuil roulant alors profite de l'été pour arpenter les rues de Paris. Tu n'es pas aveugle alors balade toi avec ton carnet de dessin et dessine tout ce qui te plait. Ça te coutera 0 euros, ça t'apportera beaucoup de joie et si tu travaillais tu n'aurais pas eu le luxe de pouvoir le faire. Pour chaque situation néfaste il y a de bons côtés. Il ne faut pas se comparer aux autres. Tu as la chance de faire de beaux dessins.J'aime beaucoup comment tu as dessiné tes cerises. Essaye de voir si tu ne peux pas aller à un atelier de dessins pas cher; un atelier municipale par exemple.Ne te laisse pas submerger par la tristesse. Ça ne t'apportera rien de bon. Demain tu trouveras un autre travail qui sera peut-être plus intéressant que celui que tu viens de perdre. Dis toi bien que tu es en bonne santé, tous les matins tu te lèves et tu as la capacité de marcher, de pouvoir contempler le monde qui t'environne,d'écouter la beauté de la musique et quoi d'autres. N'accorde aucune importance à ceux qui te font du mal et pour cela continue à vivre c'est à dire dessiner, lire, voir des films emprunter à une médiathèque...

Lylou a dit…

Psychologie juin 2011 page 56"Chaque matin, il t'appartient de décider:soit rien n'est grave , soit tout est grave.

Je te conseille de te procurer le magazine est de lire cette page.

Riane a dit…

Alors voilà, tu m'as convaincu: j'ai partagé la recette du Bettelmann.
Parce que ma grand-mère n'y voyait aucun problème et que, même, elle semblait ravie!

(ça fait longtemps qu'on a pas de nouvelles... j'espère que tu vas bien et que tu surmontes ton désappointement! Lylou a raison: profites de ton temps libre et projettes toi. On est jamais aussi bien qu'en esquissant des projets)

MM a dit…

Lizon : Merci !
J'espère que les cerises du congel ont fini leur vie en beauté.

Lylou : Merci pour tous ces mots réconfortants. En fait, je vais très bien. Je m'apprête à savourer l'été comme il se doit (et je ne suis pas près de m'ennuyer, même si je ne pars pas en vacances avant septembre : j'ai PLEIN de choses à faire !).

Riane : Merci d'avoir partagé cette recette ! Ta grand-mère semble être quelqu'un de très généreux.

(Désolée pour ce silence, qui n'est pas dû à une baisse de moral, mais à un tourbillon de sorties et de rencontres depuis que j'ai arrêté de travailler - on ne se refait pas :-) Je reprends mes crayons dès demain et vous parle du Coquillage très bientôt.)

christelle is flabbergasting a dit…

Salut Mingou,

Ma première réaction quand j'ai vu défiler les superbes photos et illustrations de ton billet a été de me dire : je veux du clafoutis. Je veux m'étouffer avec. Puis je me suis dit : mais ça me semble improbable que personne n'est proposé à une fille si talentueuse de faire un bouquin- (ou alors là je débarque peut-être, est-ce que ça a été le cas ? Car aussi loin que mes souvenirs de la lecture de ton blog remontent, je n'ai pas l'impression d'avoir entendu parler de livre, mais bon) et bref, ensuite, j'ai lu ton billet et j'ai appris cette *triste* nouvelle... et bon, je ne m'engagerai pas sur un débat job nul/ non épanouissant ici (j'aurais bien trop de chose à dire) mais comme dit précédemment dans les commentaires- la roue tourne et parfois -souvent- pour le mieux (ça se trouve ça a déjà tourné). Alors, je te souhaite de garder le peps même si dans ces moments-là c'est difficile. Tu es bourré de talent, ça se voit, ça se sent. Enfin, je ne pense qu'on ne doit pas vivre sa vie comme dans un dépliant bancaire, c'est pas parce qu'on a 30, 35 ou 40 ans qu'il faut avoir une maison à crédit, un job chiant, 3 enfants et un chien.

... Et maintenant, je prendrais bien du clafoutis s'il-te-plait ! ;)

christelle is flabbergasting a dit…

"n'ai proposé"... verbe avoir... (pardon pour les fautes, je ne me suis pas relue)

Agnès a dit…

Je suis un peu comme toi, en après thèse (de philo); et je ne m'y retrouve plus du tout. J'ai mème envie de lâcher complètement la vie universitaire pour commencer autre chose de complètement différent. Et après tout... pourquoi pas? La seule chose c'est qu'avec l'âge, je me fous chaque jour un peu plus de l'opinion des autres... On n'a qu'une vie... J'ignore quel est ton métier mais il est certain que tu as beaucoup de talent pour dessiner et écrire... Tu devrais te lancer à faire quelque chose de personnel et tien... Tu as un vrai regard et un ton unique... Quoi qu'il en soit, merci de tes posts que je lis avec beaucoup de joie et bonnes vacances!

MM a dit…

Flabbergasting Christelle : Ca, c'est un commentaire trois étoiles ! Si tu m'avais fait signe à Paris, je t'aurais apporté du clafoutis :-) (parce que bon, ça ne voyage pas très bien quand même)
("n'aiT proposé" ;-))

Agnès : Je vous prendrais bien dans mes bras, Flabbergasting Christelle et toi :-) J'aimerais tellement être celle que vous décrivez. Il faudrait que je m'inspire de ce que vous me dites.
Toi aussi, tu as beaucoup de talent pour l'écriture. Je suis sûre qu'on finira par trouver notre voie. Ce serait quand même incroyable que la thèse n'engendre que des vies inaccomplies...

Christine a dit…

Salut MM,
ton blog est très cool et je suis une ancienne thésarde et CA VA (juste pour dire que c'est possible) même si la thèse, c'est pas un truc qui arrive à celles qui n'ont pas un poil de grain de petit peu de masochisme, faut quand même le dire. C'est lui qu'il faut dégager, surtout pas les belles choses accomplies et les merveilles devant. Tu vas voir, ça va arriver, un jour il sera parti et là... the sky is the limit.
Je suis entre deux boulots et ce que je fais n'est pas pleinement extraordinaire, but hey, franchement, la vie est belle, je ne peux pas dire autre chose. Te souhaite de danser ou d'avoir envie de le faire, ça revient un peu au même. Ciao ciao.

Christine a dit…

Ouf erreur de lecture, il y a un an de cela`heureusement... j'ai eu peur pour rien! Pardon.