vendredi 8 juillet 2011

Triptyque breton (3) : Le Coquillage


Après le fabuleux dîner à Tanpopo, il nous fallut rouler dans la nuit noire pour regagner notre chambre à Cancale (je m'endormis par intermittence durant le trajet alors que j'étais chargée de repérer et déchiffrer les panneaux de signalisation).
Le lendemain, vers six heures, je me suis glissée hors du lit pour scruter le ciel du matin, bleu zébré de rose, et le port encore endormi. Un moment hors du temps. En me penchant sur la gauche, j'ai pu voir les parcs à huîtres : c'était marée basse.
Le petit déjeuner eut lieu bien plus tard, dans un grand salon face à la mer, et fut suivi d'une longue balade le long du port.

L'attente qui avait commencé un jour de janvier, après une rencontre inopinée mais délicieuse avec O. Roellinger et quelques péripéties dans la réservation d'une table, prit fin ce jour-là. Nous étions enfin au Coquillage.
Tout fut parfait. De l'apéritif pris dans le jardin surplombant la baie du Mont Saint Michel, à la promenade digestive autour du château, en passant par la "roulante des gourmandises rassurantes et étonnantes préparées par Mathieu" (dont j'ai pu goûter huit desserts différents).
Mon tartare de maquereau me fit l'effet d'un tableau. L'assiette était si belle que je n'osai d'abord y toucher (je reconnais que la splendeur du plat n'est pas bien rendue par le dessin). En plat principal, j'optai pour la simplicité avec mes solettes accompagnées de pommes de terre écrasées, simplicité parfaitement exécutée (j'ai toujours pensé que c'était sur les plats les plus basiques que l'on pouvait mesurer la véritable qualité d'un cuisinier ; en l'occurrence, je ne fus pas déçue). Quant aux desserts, ils constituèrent l'apothéose de ce repas : la profiterole était superbe (j'en aurais bien repris, mais bon... huit desserts quoi), le Paris-Cancale fantastique, mais je crois que mon coup de cœur fut cet entremets à trois couches avec un crémeux de chocolat blanc sur le dessus (et pourtant, je n'ai aucune appétence pour le chocolat blanc).





Nous avons été enchantés par cette cuisine raffinée et pleine de saveurs (les épices n'y sont pas étrangères, sans doute), mais aussi par le service charmant et attentionné et le cadre idyllique. Ce qui m'a le plus séduite, c'est cette recherche de l'excellence pour que vous passiez le meilleur moment possible, un peu comme si vous étiez reçu par un ami cher. Vous êtes choyé de bout en bout, et rien n'est négligé ni laissé au hasard. J'aurais aimé remercier monsieur Roellinger en personne pour tout cela.

Puis, ce fut l'heure de prendre la route pour rentrer à Paris. Radio Classique fut rapidement détrôné par l'annonce du palmarès du Festival de Cannes, que nous suivîmes en direct. Les débats animés du Masque et la Plume nous tinrent compagnie jusqu'à Paris, et je me demande encore si je vais aller voir The Tree of Life. En tout cas, j'ai bigrement hâte de retourner en Bretagne.*

Le Coquillage (Château Richeux)
Le Buot
35350 Saint-Méloir-des-Ondes
02 99 89 64 76

Latitude Breizh Café (chambres d'hôtes)
7, quai Thomas
35260 Cancale
02 99 89 61 76

********

* À ce propos, auriez-vous de bonnes adresses (hôtels, chambres d'hôtes, restaurants, snacks, plages, lieux à visiter, endroits *secrets*, etc.) à me conseiller à Belle-Île ? (pour les endroits secrets, vous trouverez mon courriel sur la page Profil, en cliquant sur le sceau rouge)
Merci d'avance !

18 commentaires:

Gracianne a dit…

C'est pas juste - si, j'insiste ;)
Je n'aurais pas du venir lire/regarder ca avant le dejeuner. J'adore, vraiment! je n'aurais jamais imagine etre autant tentee par un dessin de tartare de maquereau (que je n'ai qu'une envie, c'est d'essayer a mon tour).
Tres reussi.

bergeou a dit…

Cela fait très longtemps que je rêve d'aller manger chez Monsieur Roellinger mais tu me donnes encore plus envie. Et je suis allée voir The tree of life cette semaine, inracontable, totalement inclassable, mais je ne regrette pas.

Anonyme a dit…

C'est incroyable, lors de ma lune de miel j'ai eu la chance de dormir et de dîner chez O.Roellinger et toutes ces sensations que vous avez ressenti, l'ambiance, la gentillesse et les prouesses culinaires ont également été mon sentiment! merci de m'avoir permis de repenser à ces charmants moments

avis a dit…

tu me donne envie mais la bretagne c'est loin :(
un jour peut etre...
j'adore tes dessins mingou ^^
bises
manuela

Patrick CdM a dit…

Je me souviens d'un séjour où nous avions dîné au Gastro "Maison de Bricourt", déjeuné au Coquillage, avant d'embarquer sur un vieux gréement (bisquine).

Je suis encore sous le charme des lieux,des produits simples et sans faute, j'avais préféré au gastro. Il faut vraiment que j'y retourne...

A Belle-Ile, les galets ont des couleurs incroyables, on a envie de tous les emporter ;-))

Ariane a dit…

c'est drôle, on a fait presque le même voyage l'année dernière : déjeuner chez Tanpopo, nuit au Latitude Breizh Café, autre déjeuner au Coquillage avec en effet ce fabuleux chariot de desserts et, autre grand plaiisir gourmand, un repas à l'excellent restaurant japonais au-dessus du Breizh café. J'ai hâte de recommencer !

Artsakountala a dit…

Cet endroit a l'air merveilleux ! Je suis à l'instant même en train de convaincre mon chat d'y aller et je crois bien avoir réussi. Merci Mingou de m'avoir fait connaitre cette adresse. Je te dirai quand nous aurons programmé notre prochain we breton.
Je retourne à mes occupations en pensant à cette farandole de desserts :-))

MM a dit…

Gracianne : Camille a raison, il faut qu'on t'emmène en Bretagne ;-)

Bergeou : Je suis sûre que tu ne le regretteras pas. J'ai trouvé ça aussi fantastique qu'on me l'avait raconté.

Anonyme : Quelle chance ! Je vous envie pour cette lune de miel...

Avis : Je comprends... mais c'est aussi le voyage qui rend ce moment exceptionnel.

Patrick CdM : Merci ! Je note pour les galets ;-)

Ariane : J'aurais adoré manger au restaurant japonais du Breizh Café, mais il a fallu faire un choix... et j'ai préféré le Youpala Bistrot. Ce sera pour une prochaine fois.

Artsakountala : Cet endroit EST merveilleux. Il faut absolument que tu t'y fasses inviter !

(Evidemment, tout cela a un prix, pas forcément donné à tout le monde... Mais pour passer un moment d'exception, ce n'est pas si cher que ça...)

Agnès a dit…

Merci pour ce récit délicieux, j'ai vraiment goûté ton emploi du passé simple, la bulle fine dans cette coupe de champagne.

Anonyme a dit…

mais dans tout ca ou est le breizh café de cancale ? ce magnifique restaurant japonais qui donne sur la baie ?

dans un prochain post ?

j'adore ce blog.

Artsakountala a dit…

J'ai cherché dans tes recettes une des légumes farcis et je n'en ai pas trouvé :-( tu en aurais une à me conseiller ?

Bises bises,

A.

Dévorer les livres a dit…

Tellement tentant ton histoire que... ça y est, j'ai réservé deux nuits fin septembre au Breizh café. Ils pourraient t'offrir un repas au japonais vu la qualité de la pub que tu leur fais.
Quand je pense que je rentre d'un week-end à Strasbourg où j'ai testé les adresses de Beau à la louche, je ne sais pas comment je ferai sans votre fine équipe.

MM a dit…

Agnès : J'ai un faible pour le passé simple, c'est vrai.

Anonyme : Merci !
J'ai juste passé une nuit dans une chambre d'hôte du Breizh Café, je n'ai pas pu tester le restaurant japonais, à mon grand regret... Ce sera pour la prochaine fois.

Artsakountala : As-tu trouvé ce que tu cherchais finalement ?

Dévorer les livres : J'espère que tu ne seras pas déçue (tu me raconteras...). J'ai adoré la chambre, très épurée (très Muji), avec vue sur la baie (et la salle de bain aussi). J'aurais aimé y passer un peu plus de temps...
La pièce où l'on prend le petit déjeuner est très agréable aussi (petit bémol sur les crêpes froides — mais il faut dire qu'on s'est levé très tard —, et j'ignore si le pain est bon, mais en tout cas, le service est adorable).
Beau à la louche est le meilleur guide gastronomique pour Strasbourg, tout le monde sait ça :-)

Camille a dit…

Fabuleux. Suis épatée comme Gracianne par le tartare de maquereau, qui me donne furieusement envie d'aller saluer Mr Roellinger dans son fief.
Le vinaigre celtique m'intrigue tout autant, et me fait penser à cette réunion de druides dont j'ai entendu un compte-rendu tout à fait sérieux sur France Culture il y a quelques jours.

Pas tant d'adresses à Belle-île, mais si d'aventures une visite de Quiberon te tente, je vais réfléchir aux endroits à te conseiller. (peut-être plutôt quelques maraîchers, fromagers, bouchers, auxquels je demanderai s'ils vont aussi au marché de Belle-île) (mon boucher adoré ayant pris sa retraite, et connaissant ton faible goût pour les fromages, je te promets une enquête détaillée)

Camille a dit…

Bien entendu, si tu vas à Belle-île, tu penseras à faire des provisions de chocolat Le Roux.

MM a dit…

Camille : Je passerai une journée à Quiberon juste avant de prendre le bateau. J'ai d'ores et déjà prévu un approvisionnement en chocolat et en sardines :-)
Si tu as des conseils, je suis preneuse évidemment !

Solenne a dit…

Je rêve du Coquillage depuis bien trop longtemps!Tu m'as convaincue, il va falloir que j'approfondisse le sujet! Merci pour ce joli récit qui m'a mit l'eau à la bouche.

Anonyme a dit…

Je suis tombé un peu par hasard sur ce blog; cela m'a permis de trouver un très bel hébergement au Breizh avec une vue magnifique sur le port, et de retourner une deuxième fois au coquillage, avec ma fille, cadeau pour ses 16 ans, nous avons passé une soirée merveilleuse, nous avons dégusté le grignotage de bord de mer. A recommander chaleureusement. Merci